Syrie : douze orphelins de familles jihadistes atterrissent en France après avoir été remis par les Kurdes

Depuis plusieurs mois, les autorités kurdes réclament le rapatriement des femmes et des enfants de jihadistes étrangers dans leurs pays.

L\'épouse du jihadiste Jean-Michel Clain, Dorothée Maquere, avec quatre de ses enfants, dans la province syrienne de Deir Ezzor, le 5 mars 2019.
L'épouse du jihadiste Jean-Michel Clain, Dorothée Maquere, avec quatre de ses enfants, dans la province syrienne de Deir Ezzor, le 5 mars 2019. (DELIL SOULEIMAN / AFP)

Les autorités locales kurdes en Syrie ont remis à la France, dimanche 9 juin, 12 jeunes enfants, orphelins ou isolés, de familles jihadistes. Les enfants, dont le plus âgé a 10 ans, vivaient dans des camps du nord-est du pays où ont été recueillis des dizaines de milliers de personnes ayant fui les offensives contre le dernier bastion du groupe jihadiste Etat islamique.

Ces enfants ont été remis "à une délégation du ministère français des Affaires étrangères", selon un responsable kurde, qui a ajouté que l'opération s'était déroulée dimanche dans la localité d'Aïn Issa, près de la frontière avec la Turquie. Le lendemain, ils ont embarqué à bord d'un avion à destination de la France. L'appareil a atterri lundi, un peu avant midi, sur la base aérienne de Villacoublay (Yvelines), précise France 2.

Pris en charge par les services sociaux

Ces enfants ont été remis aux autorités judiciaires françaises. Ils font désormais l'objet d'un suivi médical particulier et d'une prise en charge par les services sociaux, précise le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. "La décision a été prise au regard de la situation de ces jeunes enfants particulièrement vulnérables", ajoute le ministère.

Jusqu'à présent, la France avait rapatrié une poignée d'orphelins et une fillette de 3 ans, tandis que plusieurs dizaines d'enfants de jihadistes sont revenus en France par leurs propres moyens ou avec l'aide de proches. Selon le Quai d'Orsay, environ 450 ressortissants français affiliés au groupe Etat islamique sont en prison ou retenus dans des camps de réfugiés. Depuis plusieurs mois, les autorités kurdes réclament le rapatriement des femmes et des enfants de jihadistes étrangers et travaillent activement sur ce dossier.

Ainsi, lundi, en contact avec les autorités néerlandaises, deux mineurs orphelins néerlandais en bas âge ont également été rapatriés et confiés, dès leur arrivée, à leur tuteur néerlandais.