Syrie : les Etats-Unis frappent des raffineries de l'Etat islamique

L'aviation américaine cherche à assécher l'une des sources de financement du groupe jihadiste.

Des avions américains F-18E Super Hornets au-dessus du nord de l\'Irak, le 23 septembre 2014.
Des avions américains F-18E Super Hornets au-dessus du nord de l'Irak, le 23 septembre 2014. (SHAWN NICKEL / US AIR FORCES CENTRAL COMMAND / AFP)

La coalition frappe l'Etat islamique (EI) au porte-monnaie. Les Etats-Unis, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis ont frappé, mercredi 24 septembre, douze raffineries contrôlées par l'EI dans l'est de la Syrie.

C'est la première fois que cette coalition réunie contre l'EI s'en prend à des installations pétrolières. Le but est d'assécher la source principale de financement des jihadistes, qui vendent le pétrole en contrebande à des intermédiaires des pays voisins.

"J'appelle le monde à se joindre à ce combat"

"Le seul langage que des tueurs comme ceux-là comprennent est celui de la force", avait lancé auparavant le président américain, Barack Obama, à la tribune de l'ONU. Il a ensuite présidé un Conseil de sécurité extraordinaire qui a adopté une résolution pour endiguer l'afflux de jihadistes étrangers en Syrie et en Irak.

"Aujourd'hui, j'appelle le monde à se joindre" à ce combat, a également déclaré Obama. Le président américain a affiché sa détermination à travailler avec une vaste coalition pour "démanteler ce réseau de la mort" qui a proclamé fin juin un "califat" sur les régions qu'il contrôle en Irak et en Syrie.