Syrie : dans la ville de Baghouz, civils et djihadistes sont pris au piège

Toujours aux mains de l'État islamique, la ville de Baghouz (Syrie) est assiégée par la coalition. Civils et djihadistes y sont prisonniers.

France 2

La coalition assiège les soldats de l'État islamique dans la ville syrienne de Baghouz. "Il y a entre 200 et 500 djihadistes toujours retranchés dans le camp de Baghouz, et parmi ces djihadistes, on compte beaucoup d'étrangers, ce sont les plus jusqu'au-boutistes. Il y a même une guerre entre ces combattants étrangers français, ukrainiens, russes et les combattants irakiens ou syriens. Les étrangers considérant que les autres ne sont pas assez radicaux", précise Maryse Burgot, envoyée spéciale de France 2 en Syrie.

Des civils comme boucliers humains

"Par ailleurs, il y a toujours à Baghouz plusieurs centaines de civils qui servent de boucliers humains. Hier [jeudi 21 février], un convoi d'une quarantaine de camions devait les faire sortir de ce camp, et bien finalement cette opération n'a pas pu avoir lieu, pour des raisons que l'on ne connait pas. Les civils restent donc toujours prisonniers de camp de Baghouz", conclut Maryse Burgot.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les environs de Baghouz (Syrie), le 14 février 2019.
Les environs de Baghouz (Syrie), le 14 février 2019. (DELIL SOULEIMAN / AFP)