Cet article date de plus de quatre ans.

"Mon travail, c'est d'éliminer les gars de Daech" : le témoignage d'un Français parti se battre avec les Kurdes en Syrie

"Ravachol" est un jeune Français d'extrême gauche, revenu en France après être parti combattre Dach en Syrie l'été dernier, aux côtés des Kurdes. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 7 min.
"Ravachol", combattant français en Syrie, montrant une vidéo de lui auprès des YPG, les forces kurdes. (BENJAMIN CHAUVIN / RADIO FRANCE)

Après deux mois de combats, le drapeau turc flotte sur Afrin en Syrie. L’armée d’Ankara et ses alliés syriens ont totalement repris la ville aux forces kurdes dimanche 18 mars. Ces Kurdes sont soutenues par une poignée de volontaires français. Depuis le début du conflit contre l’organisation État islamique, ils seraient quelques dizaines à s’être engagés au Kurdistan syrien. Comment se passe leur retour en France, gardent-ils des séquelles et sont-ils inquiétés par la justice ?

franceinfo a rencontré l'un d'eux, âgé de 18 ans. "Ravachol", c’est son surnom, est militant d'extrême gauche depuis l'adolescence. L’été dernier, peu après avoir eu son bac, il est parti "faire la révolution" en Syrie.

"Mon travail, c'est d'éliminer les gars de Daech" : le témoignage de "Ravachol", recueilli par Jérôme Jadot
écouter

C'est dans la petite maison de banlieue de ses parents qu'est rentré "Ravachol" fin janvier. "C’est le nom de militant que j’utilise en France. Là-bas, on m'appelait 'Piling', qui veut dire panthère", explique ce jeune révolutionnaire anarcho-communiste, comme il se définit, un treillis toujours pour pantalon, une Kalachnikov tatouée sur le bras droit. Ravachol gravite à l’extrême gauche depuis qu’il en a 15.

Je n'ai jamais vraiment été à l'aise avec cette société qui ne me permettait pas de développer ma personnalité.

"Ravachol"

à franceinfo

Il raconte comment il s'est "enfermé dans une bulle" : "J'ai arrêté l'école, j'ai arrêté de fréquenter mes amis, je passais mon temps à regarder des vidéos de propagande communiste sur internet et un jour j'ai découvert le Rojava et la révolution anarcho-communiste. Je me suis dit, il faut que j'y aille."

Formé aux armes avec les Kurdes du YPG

Le Rojava, c’est la région au nord de la Syrie, où les Kurdes tentent de bâtir un régime d’inspiration néo-marxiste tout en combattant le groupe État islamique. Alors, au mois d’août dernier, quelques semaines après avoir décroché son bac, "Ravachol" part pour prendre les armes. Son travail ? "Éliminer les gars de Daech", explique-t-il. Après un mois de formation aux côtés des forces kurdes YPG (Unités de protection du peuple), le tout jeune volontaire raconte avoir d’abord manié la mitrailleuse montée sur pick-up entre Raqqa et Deir Ez-Zor, avant de devenir sniper.

Franchement, c'était un coup de foudre, c'était une sensation que je n'oublierai jamais.

"Ravachol"

à franceinfo

"Tirer au fusil sniper, c'est magnifique, confie le jeune combattant. Quand je me lève le matin et que je n'ai pas mon Dragunov aligné contre le mur, je me dit qu'il y a quelque chose qui manque. L'odeur de la poudre me manque, la sensation de presser la détente me manque, c'est devenu une addiction." 

Une addiction qui l'a conduit à croiser ce qu'il pense être un autre Français, jihadiste lui, après un bombardement dans le secteur d'Abu Hamam. "Il y avait cinq gars de Daech couverts de poussière assis dans la cuisine, se souvient "Ravachol". Le commandant a pris un gars par les cheveux et a dit qu'il était Français. J'ai essayé de lui parler, j'étais assez brusque avec lui pour qu'il parle, mais il m'a à peine répondu (...) Je sais pas ce qu'ils en ont fait."

Marqué psychologiquement

En cinq mois de combats, "Ravachol" a été blessé quelques fois, sans trop de gravité, mais un tir de roquette l’a profondément éprouvé. Il se trouvait sur un toit dans la région de Deir Ez-Zor et se rappelle d'une "énorme roquette" qui se dirigeait vers lui. "J'étais paralysé, raconte-t-il. Elle a atterri sur du marbre, j'étais recouvert de sang et de poussière. Je pensais que j'étais devenu aveugle, je n'entendais absolument rien et ce jour-là j'ai été marqué psychologiquement. J'en cauchemarde beaucoup."

Cet événement a poussé le jeune combattant à revenir en France pour des examens médicaux. Il souffre de problèmes de tension, entend toujours des bruits de balles et d'explosions et envisage d’aller voir un psy. Revenu en France, il ne s’étend pas sur le regard que ses proches portent sur son engagement et passe encore énormément de temps à suivre sur les réseaux sociaux ses "camarades", comme il les appelle, restés au front.

Des combattants dans les radars de la DGSI

"Ravachol" explique aussi suivre un perfectionnement "théorique" au maniement des armes. Une formation via une mystérieuse organisation révolutionnaire qu’il refuse de nommer et qu’il dit avoir intégrée un an avant son départ : "C’est une très petite organisation, très secrète, très dure, très professionnelle et assez militarisée, précise-t-il, et qui m’a permis d’aller au-delà des frontières pour aller au Kurdistan syrien me battre et surtout au-delà de moi-même pour essayer de me comprendre, pour me permettre d’être sur la voie du bonheur."

À son retour du Kurdistan, "Ravachol" a été convoqué par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). "Ils m’ont demandé les noms de mes camarades qui étaient au front, les personnes que j’ai fréquentées là-bas, raconte le Français. Le fait que je n’ai pas voulu donner de nom, ça les a vraiment énervés. Ils m’ont lancé des menaces indirectes, du genre : 'Vous savez, il n’y a aucune preuve que vous êtes partis combattre avec les Kurdes'."

Je sais qu’ils ne vont pas me lâcher en fait.

"Ravachol"

à franceinfo

Selon une source judiciaire, il n’y a pour le moment aucune procédure engagée contre des Français partis combattre aux côtés des forces kurdes. Les YPG ne sont pas considérés par Paris comme une organisation terroriste. Ils sont en revanche suivis de près par les services secrets. Comme "Ravachol", tous les ex-combattants que franceinfo a pu joindre l’ont confirmé : ils ont eu au moins un entretien avec les renseignements intérieurs à leur retour en France.

Les volontaires d'extrême gauche suivis de près

Certains ont eu des échanges plus poussés. Un volontaire raconte avoir rédigé un rapport hebdomadaire quand il était au Kurdistan syrien. Cela se faisait par un système dit de "boîte mail morte". Les deux correspondants ont le mot de passe et chacun écrit dans les brouillons. Cela évite les envois et donc potentiellement les interceptions de messages.

Un autre combattant, qui se trouve aussi être réserviste dans l’armée française, explique quant à lui avoir fait une note à la grande muette après chaque période de combat. Des échanges sur la situation locale, sur les mouvements de troupes, sur le moral, mais pas seulement, précise Thibaut*, revenu en France en août dernier après huit mois d’engagement au Kurdistan syrien. "Ça s’est précisé sur l’origine, l’identité des volontaires et plus particulièrement de l’extrême gauche on va dire."

Leur crainte était clairement qu’il y ait un ou plusieurs militants qui aillent se former là-bas au maniement d’explosifs et qui reviennent pour militer un peu brutalement en France.

Thibaut, un combattant français

à franceinfo

À son retour, un volontaire explique avoir carrément été missionné par les services de renseignement pour approcher une cellule anarchiste soupçonnée de vouloir s’attaquer au réseau ferré dans le sud de la France. Il dit avoir vite renoncé. Ce qui est sûr, c’est que les forces kurdes YPG ont récemment lancé des appels à s’en prendre aux intérêts liés à la Turquie partout dans le monde. Nouvel appel dimanche 18 mars, le jour de la chute d’Afrin, invitant les volontaires internationaux "à frapper les agents et les soutiens de l’ennemi".

Daban* c’est son nom kurde – est un militant révolutionnaire français. Il a quitté Afrin il y a dix jours mais se trouve encore au nord de la Syrie. "La France est un terrain qu’on laisse à d’autres camarades, on ne peut plus se permettre maintenant de trop se griller en France", confie-t-il. Mais d'ajouter : "Les révolutionnaires d’extrême gauche n’ont jamais ciblé les populations civiles. La seule crainte légitime ce serait quelques actions radicales, blocages ou endommager des biens matériels, mais ça ne serait pas très violent parce que le but ce n’est pas non plus de faire une mauvaise publicité aux Kurdes."

Il faut que j'y retourne.

"Ravachol"

à franceinfo

Selon un engagé volontaire, une trentaine de Français seraient partis combattre aux côtés des forces kurdes depuis 2015. Deux sont morts, dont le Breton Olivier Le Clainche, tué en février à Afrin. Comme on l’a vu, ceux qui reviennent des combats contre l’État islamique ne sont pas inquiétés par la justice. La poignée qui a combattu contre les Turcs à Afrin redoute toutefois d’être traitée plus sévèrement après avoir fait face à une armée de l’OTAN.

"Ravachol", lui, n'a qu’une idée en tête, repartir dans les semaines qui viennent "faire la révolution", dit-il, en combattant les Turcs s’il le faut. "Je ne sais pas encore quand je peux repartir, je ne sais pas encore quand je voudrai repartir, mais ce qui est sûr c’est que je veux repartir sur place", affirme le jeune homme. Dans le salon familial, son duvet est déjà prêt pour un nouveau départ.

*Les prénoms ont été modifiés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etat islamique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.