Cet article date de plus de six ans.

L'Etat islamique menace de tuer un pilote jordanien

Son avion a été abattu le 24 décembre, alors qu'il bombardait les positions des jihadistes. Le message de menace est lu par l'otage japonais Kenji Goto, mais la vidéo est en cours d'authentification.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une manifestation de soutien au pilote jordanien Maaz Al-Kassasbeh, retenu en otage par le groupe Etat islamique, s'est déroulée à Amman (Jordanie), le 27 janvier. (KHALIL MAZRAAWI / AFP)

Nouvel ultimatum du groupe Etat islamique. L'EI a menacé d'exécuter "immédiatement" un pilote jordanien retenu en otage si une jihadiste irakienne n'était pas libérée dans la journée du jeudi 29 janvier. Maaz Al-Kassasbeh a été capturé le 24 décembre après que son chasseur F-16 a été abattu par les jihadistes en Syrie, où il menait un raid sur des positions de l'EI dans le cadre de la coalition internationale antijihadistes.

Ce nouveau chantage, signalé par le centre américain de surveillance des sites islamistes (SITE), a pris la forme d'un enregistrement vidéo diffusé via des comptes Twitter liés à l'organisation. Il est constitué d'une image fixe de l'otage japonais Kenji Goto, accompagnée d'un message audio en anglais lu par ce dernier.

Une vidéo en cours d'authentification

"Si Sajida Al-Rishawi n'est pas prête à être échangée contre ma vie à la frontière turque jeudi 29 janvier d'ici au coucher du soleil, heure de Mossoul, le pilote jordanien Mia'dh Al-Jasaben (Maaz Al-Kassasbeh) sera exécuté immédiatement", déclare Kenji Goto dans un message non authentifié.

"Nous avons appris l'existence de ce nouveau message. Nous sommes actuellement en train de le vérifier", a déclaré jeudi matin le Premier ministre japonais, Shinzo Abe. Mais la voix entendue est très probablement celle de l'otage nippon Kenji Goto, a précisé le gouvernement. "Nous allons faire de notre mieux pour obtenir la libération au plus vite du ressortissant nippon", Kenji Goto, a poursuivi Shinzo Abe. "Dans ces circonstances difficiles, nous avons demandé la coopération du gouvernement jordanien", a-t-il expliqué.

Amman s'est certes dit prête à libérer Sajida Al-Rishawi, condamnée à mort dans ce pays pour sa participation à une vague d'attentats en 2005, mais souhaite en échange avoir des assurances que son pilote reviendra sain et sauf. Mardi soir, le père du pilote a exhorté les autorités à accéder aux demandes de l'EI, lors d'une manifestation à Amman de dizaines de membres des tribus de Karak (sud), dont il est originaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.