Le groupe Etat islamique a utilisé des armes chimiques, selon des experts de l'ONU

Les enquêteurs des Nations unies concluent que l'EI "a fabriqué et produit des roquettes et mortiers chimiques, des munitions chimiques pour lance-roquettes, des têtes de missile chimiques et des dispositifs explosifs de circonstance".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Après la résurgence de l'Etat islamique dans le centre de l'Irak, la police irakienne traque les jihadistes dans le triangle Kirkuk-Salah et Din-Diyala, le 13 octobre 2021. (LAURENT PERPIGNA IBAN / HANS LUCAS / AFP)

Des experts des Nations unies ont mis à jour des preuves de l'utilisation d'armes chimiques par le groupe jihadiste Etat islamique à l'époque de son "califat" autoproclamé, selon un rapport qui devait être débattu lundi 5 décembre par le Conseil de sécurité.

Les membres de l'Unitad, l'équipe d'enquêteurs chargée de concourir à amener l'EI à répondre de ses crimes, affirment avoir recueilli des "preuves testimoniales, numériques et documentaires" relatives notamment à l'emploi d'armes chimiques en Irak sous le califat (2014-2019). Les experts concluent que l'EI "a fabriqué et produit des roquettes et mortiers chimiques, des munitions chimiques pour lance-roquettes, des têtes de missile chimiques et des dispositifs explosifs de circonstance".

L'enquête s'intéressait notamment "au financement, à l'approvisionnement et à la logistique de (l'EI) et ses liens avec les éléments de commandement, à mieux comprendre quels étaient les sites présumés de fabrication, de production et d'utilisation d'armes en Irak, à obtenir un complément d'informations sur les agents fabriqués (...) et les vecteurs employés".

Des complications médicales lourdes pour les victimes 

Les experts se sont en particulier concentrés sur une attaque perpétrée contre Taza Khormatu le 8 mars 2016. Ils affirment avoir recueilli "une importante quantité d'éléments de preuve", notamment "des états de paie et des éléments de la correspondance" du groupe jihadiste.

L'équipe "a examiné des preuves d'indemnisation de familles pour le 'martyre' de leurs membres tués alors qu'ils manipulaient des armes chimiques (...) et des registres des formations dispensées (...) à des agents de haut rang sur l'utilisation de substances chimiques comme armes, notamment des engins à dispersion chimique".

Parmi les produits utilisés figuraient "le phosphure d'aluminium, le chlore, la bactérie Clostridium botulinum, le cyanure, la nicotine, la ricine, et le sulfate de thallium". Le rapport souligne "les complications médicales dont souffrent actuellement les résidents de Taza Khormatu (maladies chroniques, cancers et troubles de la reproduction, notamment)".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etat islamique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.