La jihadiste française Emilie König arrêtée en Syrie par les forces kurdes

Cette Bretonne, partie en Syrie en 2012, figure depuis 2015 sur la liste noire des Etats-Unis.

Un dégagement de fumée après un bombardement sur la ville d\'Arbin, à l\'est de Damas, la capitale syrienne, le 31 décembre 2017.
Un dégagement de fumée après un bombardement sur la ville d'Arbin, à l'est de Damas, la capitale syrienne, le 31 décembre 2017. (DIAA AL-DIN / ANADOLU AGENCY / AFP)

La jihadiste française Emilie König a été arrêtée en Syrie par les forces kurdes, ont indiqué des sources antiterroristes françaises à France 2, mardi 2 janvier, confirmant une information de RMC. Originaire de Bretagne, elle "est aujourd'hui détenue dans l'un des camps de réfugiés géré par les Kurdes", précise la radio, qui ajoute que "près d'une dizaine de Françaises et leurs enfants auraient également été arrêtés ces dernières semaines".

En septembre 2015, Emilie König avait été ajoutée à la liste des "combattants terroristes étrangers" des Etats-Unis. "C'est une personnalité dans la communauté jihadiste. Elle est très active sur les réseaux sociaux, diffuse la propagande et réalise le recrutement de volontaires", avaient alors commenté des responsables français de la lutte antiterroriste. En septembre 2014, son nom avait déjà été ajouté par les Nations unies à sa liste des personnes associées à Al-Qaïda en Irak. Elle faisait l'objet de sanctions internationales et d'interdictions de voyager.

Radicalisée depuis 2010

Née en 1984 en Bretagne, d'un père gendarme qu'elle n'a pratiquement pas connu, Emilie König est la dernière d'une famille de quatre enfants. Décrite comme fragile psychologiquement, elle se fait remarquer à partir de 2010 en se promenant en niqab dans les rues de Lorient, rappelle Ouest-FranceEn contact avec le groupe islamiste nantais Forsane Alizza, elle commence à distribuer la même année des tracts appelant au jihad.

En 2012, après la dissolution du groupuscule par le ministère de l'Intérieur, elle ouvre plusieurs pages Facebook et appelle à la guerre sainte. Emilie König quitte la France la même année et laisse ses deux enfants pour rejoindre son mari, parti en Syrie rejoindre le groupe qui allait peu après devenir l'Etat islamique, avant d'être tué. Elle fait partie des premiers Français à avoir franchi la frontière turque pour prendre part au jihad en Syrie.