La France pourrait "apporter un soutien" à l'Irak contre les jihadistes

François Hollande a rappelé la nécessité de protéger les chrétiens d'Irak dans une entretien téléphonique avec le président du Kurdistan irakien, Massoud Barzani.

Des soldats irakiens tentent d\'endiguer l\'avancée des jihadistes, à proximité du village de Jurf Al-Sakhr, à 45 kilomètres de Bagdad, le 6 août 2014.
Des soldats irakiens tentent d'endiguer l'avancée des jihadistes, à proximité du village de Jurf Al-Sakhr, à 45 kilomètres de Bagdad, le 6 août 2014. ( AFP )

Déclaration d'intention ou véritable pas vers une intervention, la France se dit prête à "apporter un soutien" aux forces engagées en Irak dans le combat contre les jihadistes de l'Etat islamique (EI). C'est ce qu'a indiqué, jeudi 7 août, François Hollande lors d'un entretien téléphonique avec le président du Kurdistan irakien, Massoud Barzani, selon un communiqué de l'Elysée.

"Le chef de l'Etat a confirmé la disponibilité de la France à apporter un soutien aux forces engagées dans ce combat", ajoute le communiqué, sans préciser la nature de ce soutien. Le président français a marqué "la volonté de la France de poursuivre ses efforts au niveau international pour venir en aide aux autorités du Kurdistan, tant dans leur action contre le groupe terroriste de l'Etat islamique que pour apporter des réponses à la situation des populations civiles déplacées et menacées".

Réunion au conseil de sécurité de l'ONU

Les dirigeants français et kurde, toujours selon le communiqué, "ont marqué leur volonté de coopérer pour bloquer l'offensive menée par l'Etat islamique dans le nord-est de l'Irak". Quelques heures avant la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU demandée par Paris, le président a promis de tout faire pour "mobiliser la communauté internationale contre le terrorisme en Irak".

François Hollande a également déploré les "persécutions" subies par les minorités religieuses : "Les exactions abominables perpétrées par l'Etat islamique depuis la prise de Qaraqosh, la plus grande ville chrétienne du pays, sont la dernière manifestation en date de sa folie destructrice." 

Le président "a rappelé la nécessité de parvenir à protéger cette communauté menacée pour lui permettre de rester dans son pays, tout en rappelant la disponibilité de la France à ouvrir des possibilités d'asile à ceux qui souhaitent quitter l'Irak et possèdent des attaches solides" dans l'Hexagone.