Chrétiens d'Irak : Paris demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU

Les  jihadistes de l'Etat islamique (EI) se sont emparés de la plus grande ville chrétienne d'Irak, poussant des dizaines de milliers de personnes à prendre la fuite.

Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, le 28 juillet 2014, à Paris.
Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, le 28 juillet 2014, à Paris. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Paris veut rapidement mettre la situation des chrétiens d'Irak à l'agenda des Nations unies. La France, "vivement préoccupée" par les avancées des jihadistes dans le nord de l'Irak et les "exactions" commises sur les civils, réclame ainsi une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU, a annoncé, jeudi 7 août, le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius.

"La France est très vivement préoccupée par les dernières avancées de l'EIIL (Etat islamique en Irak et au Levant) dans le nord de l'Irak et par la prise de Qaraqosh, la plus grande ville chrétienne d'Irak, et par les exactions intolérables qui sont commises", a affirmé Fabius. 

Des populations "en danger de mort"

"Face à la gravité de cette situation dont la population civile et les minorités religieuses sont les premières victimes", Paris attend "que la communauté internationale se mobilise pour contrer la menace terroriste en Irak et pour apporter aide et protection aux populations menacées", a ajouté le ministre  des Affaires étrangères.

Après la chute de la ville de Qaraqosh (une ville de 50 000 habitants), attaquée par les jihadistes mercredi soir, le patriarche chaldéen (catholique) Louis Sako a affirmé que 100 000 chrétiens avaient été contraints à l'exode. Il a parlé de "désastre humanitaire"Le patriarche a lancé un appel au Conseil de sécurité de l'ONU, à l'Union européenne et aux organisations humanitaires pour qu'ils aident ces populations en fuite "en danger de mort"Le pape François a aussi lancé un appel urgent à l'aide de la communauté internationale pour assurer leur protection.