La France, prête à des frappes en Syrie ?

François Hollande pourrait annoncer dès demain des frappes contre l'État islamique en Syrie.

FRANCE 3

L'annonce a fait réagir toute la classe politique. Le président de la République pourrait décider de frappes contre l'État islamique en Syrie. Ce changement de stratégie est soutenu par une partie de l'opposition. "Je suis favorable à l'extension des frappes aériennes qui existent aujourd'hui en Irak dans le cadre d'une coalition au territoire syrien. La question qui est derrière, c'est de savoir s'il faut accompagner ces frappes aériennes par un déploiement au sol et là je suis tout à fait défavorable", a commenté le maire de Bordeaux Alain Juppé. 

État islamique 

L'évolution de la position française s'explique par l'afflux de migrants et le risque terroriste. Depuis un an, la coalition n'a pas réussi à faire reculer l'organisation État islamique. Frapper en Syrie, Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, y est aussi favorable, mais à condition de préparer la paix. Jusqu'à maintenant, la France a visé des cibles en Irak. Avant d'éventuelles frappes, François Hollande pourrait annoncer des vols de reconnaissance en Syrie.

Un avion Rafale en mission de reconnaissance en Irak, le 17 octobre 2014.
Un avion Rafale en mission de reconnaissance en Irak, le 17 octobre 2014. (ARMEE DE L'AIR / AFP)