Irak : une Allemande condamnée à mort pour son appartenance à l'Etat islamique, une première pour une femme européenne

Elle a reconnu être entrée en Irak avec ses deux filles, qui ont épousé des jihadistes. Cette femme a été condamnée à la pendaison pour "soutien logistique et aide à l'organisation terroriste pour commettre des crimes".

Les décombres de Mossoul (Irak), le 8 janvier 2018, six mois après la reprise de la ville des mains de l\'Etat islamique.
Les décombres de Mossoul (Irak), le 8 janvier 2018, six mois après la reprise de la ville des mains de l'Etat islamique. (AHMAD AL-RUBAYE / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Pour la première fois, l'Irak a condamné à mort, dimanche 21 janvier, une ressortissante européenne qui avait rejoint le groupe Etat islamique. Il s'agit d'une Allemande (d'origine marocaine, précise l'Irak) dont l'identité n'a pas été révélée. Elle a été condamnée à la pendaison pour "soutien logistique et aide à l'organisation terroriste pour commettre des crimes".

"L'accusée a reconnu, lors des interrogatoires, avoir quitté l'Allemagne pour la Syrie puis l'Irak pour rejoindre l'EI, avec ses deux filles qui ont épousé des membres de l'organisation terroriste", explique la Cour pénale centrale de Bagdad dans un communiqué.

Un Russe également condamné à la peine capitale

En septembre, la même cour avait pour la première fois prononcé la peine capitale contre un jihadiste russe, arrêté à Mossoul, dans le nord du pays.

Plusieurs jihadistes françaises ont récemment demandé à être rapatriées et jugées en France, mais elles sont détenues en Syrie, et non en Irak. Selon les autorités françaises, environ 1 700 Français ont rejoint les zones jihadistes irako-syriennes depuis 2014. Jusqu'à 450 seraient morts, et un peu plus de 300 sont revenus en France.

Les autorités irakiennes n'ont jamais indiqué officiellement le nombre de jihadistes faits prisonniers pendant la contre-offensive qui a réussi à chasser l'EI de tous les centres urbains d'Irak en 2017. Mais selon des commandants irakiens et des combattants kurdes irakiens, des centaines de jihadistes se seraient rendus.