Irak : près de 2 000 morts en juin, un record depuis 2007

Selon ces données compilées par les ministères de la Santé, de l'Intérieur et de la Défense irakien, 1 400 civils, 380 soldats et 149 policiers sont morts durant cette période.

Une petite Irakienne se tient parmi des réfugiés ayant quitté la ville de Mossoul (Irak), assiégée par les jihadistes, le 29 juin 2014.
Une petite Irakienne se tient parmi des réfugiés ayant quitté la ville de Mossoul (Irak), assiégée par les jihadistes, le 29 juin 2014. (© STRINGER IRAQ / REUTERS / X80014)

Soldats de l'armée régulière et civils sont victimes de l'offensive jihadiste en Irak. Près de 2 000 personnes ont été tuées au mois de juin dans les violences en Irak, le plus haut bilan mensuel depuis mai 2007, selon des chiffres officiels publiés lundi 30 juin. Selon ces données compilées par les ministères de la Santé, de l'Intérieur et de la Défense irakien, 1 400 civils, 380 soldats et 150 policiers sont morts durant cette période. En outre, 2 600 personnes ont été blessées, dont plus de la moitié de civils.

La publication de ce bilan intervient alors que le Parlement irakien issu des élections d'avril doit se réunir mardi pour amorcer le processus de formation d'un nouveau gouvernement.

Contre-offensive de l'armée en cours

Des insurgés sunnites menés par les jihadistes ultra-radicaux de l'Etat islamique en Irak et au Levant se sont emparés de larges pans de territoires dans le nord et l'ouest du pays depuis le lancement de leur offensive le 9 juin. 

Les forces gouvernementales irakiennes ont la plupart du temps abandonné leurs positions face à l'avancée des insurgés qui ont notamment pris le contrôle de la deuxième ville du pays, Mossoul, et d'une grande partie de sa province Ninive, ainsi que de la ville de Tikrit. Les forces gouvernementales ont depuis repris le combat et tentent de récupérer du terrain.