Des Français dans le camp de l'Etat islamique bombardé par la France en Syrie

Le camp d'entraînement récemment visé par des chasseurs français abritait des combattants jihasdistes français et francophones.

Des Rafale dans le ciel de Syrie le 27 septembre 2015 lors de la première frappe de l\'armée française contre les jihadistes de l\'Etat islamique en Syrie.
Des Rafale dans le ciel de Syrie le 27 septembre 2015 lors de la première frappe de l'armée française contre les jihadistes de l'Etat islamique en Syrie. (AFP / ECPAD / EMA / ARMEE DE L'AIR)

Le camp d'entraînement du groupe jihadiste Etat islamique visé par des chasseurs français en Syrie, dans la nuit de jeudi à vendredi, abritait des combattants "français et francophones". Une source au ministère de la Défense a confirmé l'information du JDD, dimanche 11 octobre.

Selon le JDD, il y avait "plusieurs Français" ainsi que d'autres "jihadistes francophones parmi la centaine de combattants qui s'entraînaient dans ce camp", installé sur au moins une vingtaine d'hectares à cinq kilomètres au sud-ouest de Raqqa, le fief de l'Etat islamique dans le nord-est de la Syrie.

"Formés pour venir nous attaquer en France"

Cette présence de combattants étrangers avait été identifiée par le renseignement français, à travers notamment des interrogatoires de jihadistes liés à la Syrie, a-t-on précisé au ministère. Ces "combattants étrangers de Daech", l'acronyme de l'Etat islamique en arabe, sont "formés pour venir nous attaquer en France", a-t-on fait valoir au ministère, rappelant la notion de légitime défense sur laquelle repose l'intervention française en Syrie.

Ce raid aérien a été le deuxième mené par des Rafale français en Syrie, après une première frappe le 27 septembre sur un objectif similaire. Et "tout a été détruit", selon la source citée par l'hebdomadaire dominical.