Daech : une revendication opportuniste ?

L’attaque d’un homme qui a tué sa mère et sa sœur en plus d’avoir blessé une passante jeudi 23 août à Trappes (Yvelines) a été revendiquée par l’organisation État islamique. L’expert Jean-Charles Brisard revient sur les évolutions récentes de Daech.

FRANCE 3

Un drame s’est produit à Trappes (Yvelines). Jeudi 23 août, un assaillant a attaqué deux personnes au couteau en pleine rue, tuant sa sœur et blessant une passante. Il a ensuite assassiné sa mère avant d’être abattu par la police. Si l’organisation État islamique a revendiqué l’attaque, les enquêteurs privilégient la piste d’un différend familial.


Le président du Centre d’analyse du terrorisme, Jean-Charles Brisard, en direct d’Antibes (Alpes-Maritimes), remet les choses dans leur contexte. "Il faut être très prudent par rapport à cette revendication. L'État islamique, jusqu'à une période récente, ne revendiquait pas de manière opportuniste des opérations." L’expert explique que les choses ont changé en 2017. "Cela a été le cas à Manille (Philippines), à Roissy et à Las Vegas (États-Unis). Ces trois revendications se sont révélées infondées, fausses et n'ont pas pu être étayées par l'enquête judiciaire ou policière."

"Une nouvelle étape dans l'État islamique"

L’apparition de fausses revendications est liée à l’affaiblissement de l’organisation terroriste sur le terrain. "On sait que l'État islamique et notamment ses organes médiatiques de propagande ont été profondément affectés, désorganisés par l'offensive de la coalition internationale", explique Jean-Charles Brisard. "Cela signifie qu'on est sans doute passé à une nouvelle étape dans l'État islamique où on se dit : ‘on devient progressivement une organisation attrape-tout, qui revendique tout et n'importe quoi’."

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers après une attaque au couteau perpétrée à Trappes (Yvelines), le 23 août 2018.
Des policiers après une attaque au couteau perpétrée à Trappes (Yvelines), le 23 août 2018. (PHILIPPE WOJAZER / REUTERS)