Cet article date de plus de trois ans.

Attaque au camion à Stockholm : le véhicule lancé sur la foule "n'est pas forcément une signature de Daech"

L'attaque au camion-bélier, vendredi, à Stockholm, n'a toujours pas été revendiquée. Pour Alain Rodier, du Centre français de recherche sur le renseignement, il faut rester prudent avant d'accuser Daech.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le camion bélier qui a foncé dans la foule à Stockholm, en avril 2017.  (MAJA SUSLIN / TT NEWS AGENCY)

Un homme a été arrêté et placé en garde à vue vendredi soir pour homicide en relation avec une entreprise terroriste par le parquet suédois, quelques heures après l’attaque au camion-bélier dans le centre de Stockholm qui a fait quatre morts et quinze blessés.

>> Attaque au camion bélier à Stockholm : suivez notre direct 

L’attentat n’a pas été revendiqué à ce stade. Le scénario du véhicule lancé sur la foule n’est pas forcément une signature de Daecha rappelé samedi sur franceinfo Alain Rodier, directeur auprès du Centre français de recherche sur le renseignement.

franceinfo : Nice, Berlin, Londres et maintenant Stockholm, le scénario du véhicule lancé sur la foule se répète...

Alain Rodier : Oui, le scénario se répète. Cela dit, ce n’est pas forcément une signature de Daech. Al-Qaïda avait déjà décrit ce savoir-faire dans une de ses revues. C’est également une méthode toujours employée par les Palestiniens, en Israël.       

Peut-il y avoir un effet d’entrainement ?

Malheureusement, oui. La cause de cette affaire, reste le salafisme jihadiste qui influence beaucoup d’activistes voulant passer à l’acte, selon les consignes qui ont été lancées à la fois par Daech et Al-Qaïda.

L’attaque a-t-elle été improvisée ?

Il faut rester prudent. Le risque terroriste peut se séparer en trois groupes. Il y a le commando infiltré depuis l’extérieur, comme pour les attentats du 13 novembre, mais cela devient de plus en plus difficile. Il y a la deuxième solution : des gens qui sont déjà rentrés et qui passent à l’action, ce sont des réseaux "dormants". Enfin, il y a des individus isolés qui n’ont pas reçu d’ordre et qui peuvent agir à leur initiative. Pour Stockholm, il faut attendre les suites de l’enquête pour savoir dans quel cas de figure nous nous trouvons.

Pourquoi la Suède est-elle visée ?

Deux choses. La Suède est un pays européen, occidental. Elle est considérée comme impie. Elle est donc une cible pour les salafistes jihadistes. Mais en plus, la Suède a accueilli énormément de réfugiés. Elle a su gérer le mieux possible cette vague migratoire. Donc peut-être que quelques dirigeants salafistes jihadistes voudraient casser cette image de marque pour montrer que la "solution suédoise" ne fonctionne pas.

Attaque au camion bélier à Stockholm : "La Suède est une cible pour les salafistes jihadistes", explique Alain Rodier, du Centre Français de recherche sur le renseignement
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.