Cet article date de plus de six ans.

Après le scandale sur le financement de groupes armés en Syrie, le patron de Lafarge est sur le point de démissionner

D'après le "Financial Times" et "Le Figaro", le groupe dervait annoncer le départ d'Eric Olsen dans les jours qui viennent. 

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le logo du groupe Lafarge sur les murs d'une usine le 7 avril 2014 à Paris. (FRANCK FIFE / AFP)

Le groupe LafargeHolcim est sur le point d'annoncer la démission du président de son directoire, Eric Olsen, à la suite d'une enquête interne sur les activités d'une ancienne cimenterie en Syrie soupçonnée d'avoir financé des groupes armés, rapporte le Financial Times (en anglais), dimanche 23 avril.

Le Figaro, qui cite des "sources concordantes", a lui aussi rapporté qu'Eric Olsen était "proche du départ". Selon le quotidien, le groupe s'apprêterait à faire une annonce "dans les jours qui viennent, et vraisemblablement dès ce lundi".

Une plainte déposée

L'affaire avait été révélée en juin 2016, par le Monde. Le journal a révélé les activités, en 2013 et 2014, d'une cimenterie à Jalabiya, dans une zone où opérait le groupe terroriste Etat islamique en Syrie. Le Monde affirme que le groupe a "indirectement financé pendant cette période" l'organisation jihadiste en cherchant à garantir l'accès de ses ouvriers et des marchandises à l'usine. Lafarge aurait missionné des intermédiaires pour obtenir des laissez-passer aux checkpoints tenus par les jihadistes.

L'ONG française Sherpa a déposé, en novembre, une plainte avec constitution civile, accusant le groupe d'avoir entretenu des relations commerciales avec le groupe Etat islamique. Le cimentier a ensuite annoncé, en mars, qu'une enquête interne avait révélé que sa cimenterie en Syrie avait bien contribué au financement de groupes armés dans le pays.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.