Cet article date de plus de quatre ans.

Allemagne : l'Etat islamique revendique l'attentat-suicide perpétré dimanche soir près d'un festival de musique

L'explosion, qui a eu lieu dimanche, a fait douze blessés et un mort, l'auteur de l'attentat. Une vidéo retrouvée dans son téléphone portable le lie à l'organisation terroriste, a précisé, lundi, le ministre de l'Intérieur bavarois.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers sur les lieux de l'attentat suicide perpétré à Ansbach (Allemagne), lundi 25 juillet 2016.  (DANIEL KARMANN / DPA / AFP)

Le demandeur d'asile syrien de 27 ans, qui s'est fait exploser, dimanche 24 juillet, à proximité d'un festival de musique à Ansbach, en Bavière (Allemagne) avait "fait allégeance" au groupe Etat islamique (EI), a indiqué, lundi 25 juillet, le ministre bavarois de l'Intérieur, Joachim Herrmann.

Dans une vidéo retrouvée dans son téléphone portable, l'auteur de l'attaque "a explicitement annoncé [agir] au nom d'Allah, a fait allégeance [au chef du groupe EI], Abou Bakr Al-Baghdadi (...) et annoncé expressément une vengeance contre les Allemands qui se mettent en travers de la voie de l'islam", a déclaré Joachim Hermann, s'appuyant sur une première traduction de cette vidéo en arabe. 

De son côté, l'organisation terroriste a revendiqué la responsabilité de cette attaque survenue peu après 22 heures devant un restaurant. L'explosion n'a tué personne d'autre que son auteur. Elle a, en revanche, blessé douze personnes, dont trois grièvement.

Expulsable, il avait fait deux tentatives de suicide

La piste du terrorisme international de l'EI "ne peut être ni confirmée, ni infirmée", avait précisé, un peu plus tôt, lundi après-midi, le ministre de l'Intérieur allemand, Thomas de Maizière, lors d'une conférence de presse au lendemain de l'attaque. 

L'auteur, qui résidait à Ansbach, était arrivé en Allemagne il y a deux ans, et avait vu sa demande d'asile rejetée, il y a un an. Il avait tenté par deux fois dans le passé de mettre fin à ses jours et séjourné dans une clinique psychiatrique, avait déjà révélé le ministre de l'Intérieur bavaroisIl était également déjà connu des services de police, notamment pour un délit lié à la drogue. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.