Syrie : ce que l'on sait de l'opération américaine dans laquelle le chef du groupe Etat islamique a été tué

L'homme le plus recherché du monde avait été plusieurs fois annoncé mort ces dernières années.

Des Irakiens suivent les informations à la télévision, qui annonce la mort d\'Abou Bakr Al-Baghdadi, le 27 octobre 2019, dans un café de Najaf.
Des Irakiens suivent les informations à la télévision, qui annonce la mort d'Abou Bakr Al-Baghdadi, le 27 octobre 2019, dans un café de Najaf. (ALAA AL-MARJANI / REUTERS)

"Abou Bakr Al-Baghdadi est mort." Donald Trump a annoncé, dimanche 27 octobre, la mort du chef du groupe Etat islamique (EI). Le leader de l'organisation a "déclenché sa veste [d'explosifs]" durant une opération des forces spéciales américaines, dans le nord-ouest de la Syrie, a précisé le président des Etats-Unis, lors d'une conférence de presse. Voici ce que l'on sait de cette opération.

>> Suivez en direct les réactions après l'annonce de la mort d'Abou Bakr Al-Baghdadi

Comment Al-Baghdadi a-t-il été retrouvé ?

"Capturer ou tuer Baghdadi était la priorité absolue de mon administration", a déclaré Donald Trump. L'homme le plus recherché du monde, considéré comme responsable de multiples exactions et atrocités en Irak et en Syrie et d'attentats sanglants dans plusieurs pays, avait été plusieurs fois annoncé mort ces dernières années.

Selon le président américain, Abou Bakr Al-Baghdadi était "sous surveillance depuis deux semaines". Les Kurdes syriens avaient fourni aux Etats-Unis des "informations utiles" sur le chef de l'EI, selon Donald Trump. De son côté, l'armée irakienne a déclaré dans un communiqué que ses services de renseignement avaient "localisé le repaire dans lequel Abou Bakr Al-Baghdadi et ceux qui étaient avec lui se cachaient, dans la province syrienne d'Idleb".

Deux ou trois raids ont été prévus puis annulés, avant que l'assaut ne soit finalement donné par les forces spéciales américaines, a précisé Donald Trump, cité par CNN (en anglais). Le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, a précisé que cette dernière opération avait été approuvée par le président "en fin de semaine", après avoir étudié plusieurs options.

Comment s'est déroulée l'opération ?

Donald Trump a déclaré avoir visionné en temps réel le raid américain, grâce à des caméras embarquées par les forces spéciales. "C'était comme regarder un film", a-t-il affirmé. Le président américain et son équipe ont été appelés, samedi 26 octobre, dans la "situation room", salle sécurisée de la Maison Blanche, à 17 heures locales, au milieu de la nuit en Syrie. L'assaut a été donné quelques minutes plus tard.

Donald Trump (au centre) suit, depuis la Maison Blanche (Washington, Etats-Unis), l\'opération durant laquelle Abou Bakr Al-Baghdadi a été tué, le 26 octobre 2019.
Donald Trump (au centre) suit, depuis la Maison Blanche (Washington, Etats-Unis), l'opération durant laquelle Abou Bakr Al-Baghdadi a été tué, le 26 octobre 2019. (SHEALAH CRAIGHEAD / CONSOLIDATED NEWS PHOTOS / AFP)

Huit hélicoptères américains ont traversé l'espace aérien syrien, contrôlé par les Russes, prévenus de leur passage, pour se rendre jusqu'à la cache de Abou Bakr Al-Baghdadi. Les appareils ont essuyé des tirs, auxquels ils ont répliqué, a précisé Donald Trump. Selon le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un vaste réseau de sources sur le terrain, l'opération a visé une maison aux abords du village de Baricha, à quelques kilomètres de la frontière turque.

Les forces spéciales ont fait exploser un mur du bâtiment, évitant la porte principale, qui était piégée. Donald Trump a précisé que onze enfants avaient été évacués durant l'opération. Selon le secrétaire à la Défense Mark Esper, les soldats américains ont demandé à Abou Bakr Al-Baghdadi de se rendre. "Il a refusé. Il est parti  dans un tunnel" creusé pour sa protection, a poursuivi le responsable, cité par CNN (en anglais). 

"Il n'est pas mort comme un héros, il est mort comme un lâche", a asséné Donald Trump, précisant que le jihadiste s'était réfugié dans ce tunnel avec trois de ses jeunes enfants. "Il a gémi, crié et pleuré tout du long", a-t-il insisté. Poursuivi par des chiens de l'armée américaine, le chef de l'EI "a déclenché sa veste [explosive], se tuant, ainsi que les trois enfants", a dit le président américain. Il est mort "comme un chien" et "son corps a été mutilé par l'explosion", a-t-il ajouté. Donald Trump affirme qu'un test ADN a rapidement permis de confirmer l'identité d'Abou Bakr Al-Baghdadi.

"Aucun militaire [américain] n'a été perdu dans l'opération. Tandis qu'un grand nombre de combattants et de compagnons de Baghdadi ont été tués avec lui", a déclaré le président américain, précisant que le nombre exact de personnes tuées serait communiqué plus tard. Deux des femmes d'Al-Baghdadi ont également été tuées, selon Donald Trump. Mark Esper a ajouté par la suite que deux soldats américains avaient été "légèrement blessés", mais avaient "déjà repris leur service". Un "magnifique chien" des forces spéciales américaines, selon les mots de Donald Trump, a également été blessé.

Pourquoi sa mort n'a-t-elle été annoncée que dimanche ?

Il s'est écoulé environ 24 heures entre le moment où Donald Trump a été appelé dans la "situation room" et l'annonce officielle de la mort de Baghdadi. Peu de responsables américains avaient été prévenus de cette opération. "Nous n'avons pas souhaité le dire à beaucoup de monde, car Washington est une vraie passoire", a déclaré Donald Trump, lors de la conférence de presse.

Le président américain a d'abord publié un tweet cryptique, tard samedi soir, annonçant que "quelque chose d'énorme s'était produit". Donald Trump a expliqué avoir posté ce message sur le réseau social une fois l'opération achevée et après avoir eu la certitude que les forces spéciales américaines avaient regagné leur base en toute sécurité. Il a déclaré avoir publié ce message pour que les journalistes s'attendent à une annonce importante et "n'aillent pas jouer au golf ou au tennis".