Irak : Hollande optimiste, mais Daech reste fort

Fin de la visite de François Hollande en Irak. Le président a endossé le costume de chef de guerre lundi 2 janvier près de Mossoul.

FRANCE 2

Pendant toute sa visite en Irak, François Hollande a tenu des propos plutôt rassurants, parlant du recul de Daech, d'une victoire possible d'ici l'été. Mais la situation est plus complexe, assure l'envoyée spéciale de France 2 à Erbil, Dorothée Olliéric. À Mossoul, seulement un quart de la ville a été repris à Daech. Les pertes en hommes sont très nombreuses. 20 à 25% des forces spéciales irakiennes auraient été tuées ou blessées.

Un attentat pendant la visite de Hollande

Les pertes matérielles aussi sont importantes. Les blindés sont attaqués régulièrement par des voitures piégées. À Bagdad, il y a presque chaque jour un attentat. Pendant la visite du président français, il y a eu trente morts en plein centre-ville. L'attaque a été revendiquée par Daech. Son potentiel de nuisance est toujours là.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des familles se retrouvent dans le camp de Khazir (Irak), à l\'est de Mossoul, le 26 octobre 2016.
Des familles se retrouvent dans le camp de Khazir (Irak), à l'est de Mossoul, le 26 octobre 2016. (BULENT KILIC / AFP)