Liban : la colère toujours présente dans les rues

L'annonce de la démission du gouvernement d'Hassan Diab ne semble pas calmer les tensions. Des heurts ont éclaté entre manifestants et forces de l'ordre lundi 10 août au soir. La correspondance de Benjamin Delombre depuis Beyrouth.

"Le moins que l'on puisse dire, c'est que les annonces du gouvernement n'ont pas calmé les tensions. Nous étions tout à l'heure place des Martyrs à Beyrouth, lieu des manifestations. On a assisté à des échauffourées entre les forces de l'ordre et les manifestants", explique le journaliste Benjamin Delombre, présent à Beyrouth.

De nouvelles élections demandées

"Pour les Libanais aujourd'hui, la colère est beaucoup trop forte pour qu'ils se satisfassent de la démission d'un gouvernement. Concrètement, ce qu'ils souhaitent, ce sont des nouvelles élections législatives pour élire un nouveau Parlement, et surtout, que les grandes figures politiques quittent la scène. Tant que ces objectifs ne sont pas atteints, les Libanais continueront à descendre dans la rue", avance Benjamin Delombre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un manifestant porte un drapeau du Liban à Beyrouth, le 9 août 2020.
Un manifestant porte un drapeau du Liban à Beyrouth, le 9 août 2020. (NURPHOTO/AFP)