Qu'est-ce que le Dôme de fer antimissiles d'Israël ?

L'armée israélienne dit avoir intercepté 69 missiles du Hamas depuis le début de la semaine grâce à son dispositif antimissiles. Comment fonctionne-t-il ?

Un missile Tamir est tiré par une batterie du Dôme de fer, le système de défense antiroquettes d\'Israël, le 8 juillet 2014.
Un missile Tamir est tiré par une batterie du Dôme de fer, le système de défense antiroquettes d'Israël, le 8 juillet 2014. (DAVID BUIMOVITCH / AFP)

Il ne s'agit pas d'une bulle métallique déployée au-dessus d'Israël, comme son nom pourrait le laisser croire. Le Dôme de fer, le bouclier antimissiles de l'Etat hébreu, est constitué de six batteries réparties principalement autour de la bande de Gaza. Le système de défense a permis, selon les autorités israéliennes, d'intercepter au moins 69 des tirs de roquettes du Hamas depuis le début de l'opération Bordure de protection, lundi 7 juillet, rapporte Europe 1.

Alors que les échanges de tirs entre Israël et la Palestine s'intensifient, francetv info s'intéresse à ce bouclier antimissiles unique au monde.

Un système de batteries réparties autour de Gaza

L'armée israélienne a développé son système de défense aérien en 2007, pour répondre aux tirs de missiles de courte portée provenant notamment de la bande de Gaza. Selon l'AFP, chacune des six batteries du Dôme de fer est équipée d'un radar de détection et de pistage permettant de repérer les roquettes ennemies et d'évaluer leur trajectoire.

Si le point d'impact estimé se trouve en zone habitée, le système de défense déclenche un tir de missile Tamir dans le but d'intercepter l'engin avant qu'il ne touche le sol. Mais si l'obus ne constitue pas de menace imminente pour la population ou les bâtiments israéliens, le Dôme de fer le laisse s'écraser. Le bouclier ne fonctionne toutefois pas automatiquement : l'interception est décidée par "un chef de batterie qui se réfère à un commandement central", explique Le Monde

Le processus prenant en tout près de deux minutes, les missiles Tamir n'atteignent en général les mortiers visés qu'à proximité du point de chute. Une vidéo du ministère de la Défense israélien, diffusée sur le site de l'armée, montre ainsi une roquette Grad exploser au contact d'un missile d'interception le 8 avril 2011, dans la région d'Ashkelon.

Chacune des six batteries fabriquées par l'entreprise israélienne Rafael est équipée d'un logiciel de tir et de trois lanceurs contenant chacun 20 missiles Tamir. Semi-mobiles, elles peuvent être déplacées en quelques heures en fonction des besoins de l'armée.

Un dispositif de défense très onéreux

De nombreuses critiques visent le coût élevé du Dôme de fer. Si les roquettes jugées inoffensives par les radars ne sont pas interceptées, c'est principalement parce que chaque tir de batterie est évalué en moyenne à 50 000 dollars (36 000 euros). En comparaison, les mortiers lancés par le Hamas coûtent environ 1 000 dollars (734 euros) à produire.

Le développement et la production des batteries auraient nécessité un investissement d'un milliard de dollars au total, rapporte Le Monde. Ce montant exorbitant explique en partie le report de la mise en place du système de défense, décidée en 2005, jusqu'en 2007. Le Dôme de fer est en partie financé par les Etats-Unis, qui prévoient de verser 220 millions de dollars (161,6 millions d'euros) à leurs alliés israéliens en 2014, en plus des 3 milliards d'aide militaire annuelle.

Un bouclier à l'efficacité contestée

Tsahal, l'armée de l'Etat hébreu, présente le Dôme de fer comme un système presque infaillible. Le bouclier antimissiles s'est révélé particulièrement efficace durant l'opération Pilier de défense, lancée en novembre 2012 par Israël pour lutter contre les tirs de roquettes visant le sud du pays. Selon le New York Times (en anglais), 84% des obus en provenance de la bande de Gaza ont été détruits, soit 421 interceptions réussies pour 58 échecs.

L'efficacité du Dôme de fer dépend toutefois de la distance à laquelle les mortiers sont tirés. A moins de 4 kilomètres et à plus de 70, les batteries de défense israéliennes sont moins performantes. Le système pourrait donc être mis en difficulté par les nouveaux missiles longue portée, des Fajr-5, acquis par le Hamas.

Europe 1 rappelle ainsi que le Dôme de fer n'a réussi à intercepter que deux des trois roquettes lancées sur Tel-Aviv mardi 8 juillet. La branche armée du Hamas a, de plus, réussi pour la première fois à atteindre la ville de Haïfa, située à 150 kilomètres de la bande de Gaza. Selon des experts militaires cités par l'AFP, il faudrait au total 13 batteries antimissiles pour défendre l'intégralité du territoire israélien.