Cet article date de plus de sept ans.

Le cessez-le-feu échoue, Israël veut intensifier son offensive contre le Hamas

Après avoir accepté une proposition égyptienne de cessez-le-feu, Israël a repris ses raids dans l'après-midi sur l'enclave palestinienne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des roquettes vues depuis la ville israélienne de Sderot, le 15 juillet 2014. (JACK GUEZ / AFP)

L'idée d'un cessez-le-feu semble déjà loin, dans la soirée, mardi 15 juillet. Israël a affirmé n'avoir "d'autre choix" que d'intensifier ses raids sur Gaza après une brève trêve rejetée par le Hamas. Mardi, le bilan des victimes Palestiniens atteint les 200 morts et pour la première fois un Israélien a été tué.

Des roquettes malgré un cessez-le-feu

Après avoir accepté une proposition égyptienne de cessez-le-feu à partir de 6 heures GMT (8 heures, heure de Paris), Israël a repris ses raids dans l'après-midi sur l'enclave palestinienne. Une réponse à des dizaines de tirs "aveugles" de roquettes du Hamas, dont deux ont été détruites en vol au-dessus de Tel-Aviv, selon l'armée.

"Une solution diplomatique aurait été mieux, c'est ce que nous avons essayé de faire lorsque nous avons accepté la proposition de trêve de l'Egypte. Mais le Hamas ne nous a pas laissé d'autre choix que d'étendre et d'intensifier notre campagne contre lui", a affirmé le Premier ministre Benyamin Nétanyahou.

Le Hamas a expliqué son rejet de l'initiative égyptienne en affirmant n'en avoir eu connaissance que par les médias. Pour ce mouvement, aucune trêve n'est envisageable sans un accord global sur la fin du blocus de Gaza en place depuis 2006, l'ouverture du poste-frontière avec l'Egypte et la libération de détenus. "En temps de guerre, on ne cesse pas le feu pour ensuite négocier", a déclaré à Gaza Fawzi Barhoum, un porte-parole du Hamas.

Un premier civil israélien tué

Sa déclaration a coïncidé avec l'annonce de la mort d'un Israélien par un tir de roquette au passage d'Erez entre Israël et Gaza. Il s'agit de la première victime israélienne depuis le début le 8 juillet de l'offensive aérienne contre Gaza et l'intensification des tirs palestiniens.

Selon les secours israéliens, ce civil de 38 ans était venu distribuer de la nourriture aux soldats postés dans le secteur.

Plusieurs Palestiniens tués

Dans la bande de Gaza, contrôlée par le mouvement islamiste Hamas, cinq Palestiniens ont été tués dans des raids israéliens. Cela porte à 197 le nombre de Palestiniens tués, dont une grande majorité de civils, en huit jours de conflit. Près de 1 500 ont été blessés. Deux hommes de 24 et 77 ans ont été tués, puis trois autres dans la soirée.

Toujours pas d'opération terrestre

Israël n'a pas pour autant encore déclenché d'opération terrestre bien que l'armée ait ostensiblement déployé des troupes d'infanterie et des chars aux abords de Gaza. 40 000 réservistes sont mobilisés en vue d'une éventuelle invasion, une option qui risque d'être coûteuse en vies humaines.

La manière dont les opérations sont menées suscitait aussi des tensions dans le gouvernement israélien, si bien que le Premier ministre israélien a limogé le vice-ministre de la Défense, Danny Danon. Ce jeune loup de l'aile la plus à droite de son parti, le Likoud, avait qualifié l'intervention militaire d'"échec".

Un autre faucon, le ministre de Affaires étrangères Avigdor Lieberman, a plaidé pour que "l'opération se termine avec l'armée contrôlant toute la bande de Gaza", dont elle s'était retirée unilatéralement en 2005. Benyamin Nétanyahou a rétorqué que les décisions devraient être "prises à froid et avec patience et non dans la précipitation et le bruit".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Israël-Palestine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.