Israël libère 26 prisonniers palestiniens

La libération de 104 prisonniers palestiniens était la condition posée par l'Autorité palestinienne pour revenir à la table des négociations. L'opération a commencé.

Des Palestiniens attendent l\'arrivée du bus transportant des prisonniers palestiniens libérés par Israël, au point de passage d\'Erez, à l\'entrée nord de la bande de Gaza, le 13 août 2013.
Des Palestiniens attendent l'arrivée du bus transportant des prisonniers palestiniens libérés par Israël, au point de passage d'Erez, à l'entrée nord de la bande de Gaza, le 13 août 2013. (MOHAMMED SALEM / REUTERS)

C'était la condition posée par l'Autorité palestinienne pour revenir à la table des négociations, après trois années de gel des relations diplomatiques. Israël a consenti à la libération de 104 prisonniers palestiniens. A la veille de la reprise des pourparlers de paix à Jérusalem, Israël a donc commencé l'opération de libération de 26 détenus, la plupart condamnés pour meurtre et arrêtés avant 1994, mardi 13 août au soir.

Deux autobus transportant les prisonniers ont quitté la prison d'Ayalon près de Tel-Aviv. Un bus à bord duquel ont pris place 14 prisonniers s'est rendu vers le point de passage d'Erez, à l'entrée nord de la bande de Gaza, et un autre s'est dirigé vers la ville de Ramallah en Cisjordanie. Peu après, l'un des bus est entré dans l'enceinte de la prison israélienne d'Ofer. A l'intérieur, les 12 détenus originaires de Cisjordanie devaient rencontrer des responsables palestiniens, puis être transférés dans un bus palestinien devant les conduire vers la Mouqataa, le quartier général du président Mahmoud Abbas où était prévue une cérémonie d'accueil. Dans la ville de Gaza, des proches se sont rassemblés pour attendre l'arrivée des anciens prisonniers. Certains ont installé une tente pour les accueillir et d'autres accrochaient des drapeaux dans les rues.

Près de 20 ans derrière les barreaux israéliens

La BBC (lien en anglais) dresse les portraits des prisonniers libérés les plus connus. Fayez Mutawi al-Khur est le plus ancien de la liste. Il a été condamné à la prison à vie en 1985 pour meurtre et tentative de meutre sur deux Israéliens à Gaza. Durant son incarcération, il a été reconnu coupable d’avoir préparé l’assassinat du Premier ministre de l’époque Yitzhak Shamir. Il souffrirait de troubles psychologiques après des années d'isolement.

Atiyeh Salem Abu Musa est peut-être le plus controversé. Il a été arrêté en 1994 pour le meurtre d'un survivant de l'Holocauste. Ala eddin Ahmed Abu Sitteh et Ayman Taleb Abu Sitteh, eux, ont été condamnés à trois fois la perpétuité, la même année, pour les meurtres de deux Israéliens. Ils leur avaient coupé les oreilles en guise de trophées.