Guerre au Proche-Orient : le Hezbollah bombarde le nord d'Israël en riposte à des frappes de l'armée israélienne au Liban

La crainte d'une escalade à la frontière entre Israël et le Liban est de plus en plus vive. Pour l'ONU, une extension au Liban de la guerre à Gaza serait "potentiellement apocalyptique".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Une photo prise depuis le sud du Liban montre de la fumée s'échappant de la ville israélienne de Metulla, dans le nord d'Israël, le 26 juin 2024. (RABIH DAHER / AFP)

Le Hezbollah libanais a annoncé, jeudi 27 juin dans la soirée, avoir bombardé une base militaire du nord d'Israël en riposte à des frappes israéliennes, dont l'une a tué un de ses combattants. Ce bombardement intervient au moment où la crainte d'une escalade est de plus en plus vive à la frontière entre Israël et le Liban. Dans un communiqué, la puissante formation pro iranienne, alliée du Hamas, a affirmé avoir lancé "des dizaines de roquettes Katioucha" sur "la principale base de défense aérienne et antimissile" du nord d'Israël.

Le Hezbollah a précisé qu'il s'agissait d'une riposte à deux frappes israéliennes, l'une jeudi sur Sohmor, dans l'est du Liban, et l'autre la veille sur la ville de Nabatiyé, dans le sud du Liban, qui avait fait cinq blessés. Le mouvement islamiste avait annoncé la mort d'un de ses combattants à Sohmor. Selon l'agence nationale d'information libanaise, un drone a visé un homme qui circulait à moto dans ce village.

La France se dit "extrêmement préoccupée par la gravité de la situation"

L'armée israélienne a affirmé qu'un membre du Hezbollah avait été "éliminé lors d'une frappe aérienne dans la région de Sohmor", ajoutant que des avions de combat avaient visé des "structures militaires" dans le sud du Liban.

Depuis le début de la guerre le 7 octobre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, le Hezbollah échange régulièrement des tirs à la frontière avec l'armée israélienne. Les craintes de voir ces violences dégénérer en guerre totale contre le Liban se sont accrues au cours des derniers jours. Le chef des Affaires humanitaires de l'ONU, Martin Griffiths, a prévenu mercredi qu'une extension au Liban de la guerre livrée par Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza serait "potentiellement apocalyptique". La France s'est dit jeudi "extrêmement préoccupée par la gravité de la situation au Liban", appelant "toutes les parties à la plus grande retenue".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.