Guerre à Gaza : en Israël, des familles d'otages saluent la reprise des négociations et veulent "croire que cette fois-ci, on va y arriver"

Alors que les négociations reprennent à Doha pour une trêve à Gaza, les familles d’otages ont un espoir raisonnable. Dans le même temps, de grandes manifestations continuent d'être organisées en Israël pour demander le retour de ces otages.
Article rédigé par Thibault Lefèvre
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Manifestation à Tel-Aviv pour demander le retour des otages retenus par le Hamas, le 5 juillet 2024. (JACK GUEZ / AFP)

Depuis le 11 juin et la dernière réponse du Hamas, les négociations pour un cessez-le-feu à Gaza n'avançaient plus. Le point de blocage concernait la question de la fin des hostilités qu'Israël ne voulait que temporaire. Mais la reprise des négociations fait espérer les proches d'otages. Il en reste 116 retenus par le Hamas depuis le 7 octobre, dont 42 morts selon l'armée israélienne.

Parmi les otages, il y a Or, le frère de Michel Levy. Ce dernier exprime un espoir mesuré, par rapport à ces discussions. "Je suis toujours optimiste et notamment en ce qui concerne l'accord sur le tapis. Sincèrement, j'essaie de ne pas trop m'en préoccuper parce qu'on a été déçus tellement de fois. Mais je veux croire que cette fois-ci, on va y arriver." 

Michel Levy reste persuadé que son frère va revenir, mais "la question, c'est de savoir quand". "Ma tâche et la manière dont je la vois consistent à faire en sorte que ça se passe le plus vite possible."

Des manifestations dans tout le pays

Une mobilisation qui passe évidemment par les médias et par les rassemblements auxquels Michael Levy participe toutes les semaines. Depuis dimanche matin, des manifestants bloquent des routes dans tout le pays et le tramway de Jérusalem a été temporairement interrompu. Des familles d'otages et d'opposants ont appelé à une "journée de la résistance". Depuis des semaines déjà, des milliers de personnes se rassemblent en Israël, principalement à Tel-Aviv, pour manifester contre le gouvernement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.