"La majorité du peuple d'Israël veut que ce gouvernement parte" : à Jérusalem, des milliers de personnes manifestent contre Benyamin Nétanyahou

Lundi soir a marqué le premier soir de manifestation de ce que plusieurs groupes d’opposition ont appelé "la semaine de la résistance".
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Deux manifestantes brandissant une banderole "un cessez-le-feu maintenant", lors d'un rassemblement devant la Knesset, lundi 17 juin à Jérusalem. (SAEED QAQ / ANADOLU)

Après plus de huit mois de guerre face au Hamas et des bombardements quotidiens sur la bande de Gaza, le gouvernement de Benyamin Nétanyahou a fait face à une manifestation d'ampleur dans la soirée du lundi 17 juin. Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées entre la résidence du Premier ministre et le Parlement israélien, la Knesset, pour demander des élections anticipées afin d'obtenir un nouveau gouvernement.

Dans le cortège, les drapeaux israéliens sont plus nombreux que ceux dédiés aux otages, capturés par le Hamas le 7 octobre, même si parmi les revendications politiques des manifestants, cela reste la priorité. "Ils doivent rentrer maintenant, c'est ce qui est important pour moi, avec un accord", souligne Ofakit, ami proche d'Émilie, enlevé le 7 octobre dans le kibboutz de Kvar Aza. "Ils appellent à l'aide, des gens meurent là-bas et on n'en fait pas assez."

"Fascistes"

À côté d'Ofakit, Marva brandit une pancarte où on peut lire "Les gens sont avec la Galilée, avec le Nord". Comme 60 000 Israéliens du nord du pays, Marva vit loin de chez elle et n'a surtout aucune perspective de retour. "Il faut rentrer chez nous, arrêter cette guerre avec le Hamas, avec le Hezbollah et trouver une solution pour prendre soin de nous et se remettre de tout ça. Mais pour le moment, on se sent seul."

Les revendications sont nombreuses et le rassemblement pas vraiment unitaire. Mais un message revient dans toutes les bouches. "Le monde doit comprendre que le gouvernement ne nous représente pas du tout, affirme Daniela qui qualifie les ministres de "fascistes" : "La majorité du peuple Israël veut que ce gouvernement parte le plus vite possible."

Un message limpide que Daniela et beaucoup d'autres manifestants continueront de porter dans la matinée du mardi 18 juin pour un nouveau rassemblement devant la Knesset, le Parlement israélien. Plusieurs groupes d’opposition au gouvernement ont appelé à une "semaine de la résistance", pour obtenir la démission de Benyamin Nétanyahou.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.