Gaza : la situation toujours explosive

Troisième jour de manifestation à Gaza et d’affrontements meurtriers. Un millier de Palestiniens se sont massés près de la frontière israélienne pour réclamer le retour de 70 000 réfugiés ou exilés.

Voir la vidéo

La situation s’enlise toujours un peu plus à Gaza. Pour le troisième vendredi consécutif, des affrontements ont eu lieu à la frontière où les manifestants réclament le retour de plus de 70 000 exilés palestiniens. Une colère nourrie par le blocus et l’asphyxie dans cette bande de terre. C’est le cas notamment de cette femme de 70 ans, partie de Palestine dès son plus jeune âge. Elle n’a jamais pu revenir chez elle et fait partie des réfugiés palestiniens, selon l’ONU.
Ces familles arabes ont fui ou ont été chassées de leur maison au moment de la création de l’État d’Israël puis la guerre qui s’ensuivit avec les pays voisins. 750 000 Palestiniens ont dû se réfugier dans les zones limitrophes en Jordanie et 200 00 à Gaza. Malgré les résolutions de l’ONU, Israël ne les a jamais autorisés à revenir.

Grande pauvreté

Aujourd’hui, cette famille vit de l’aide humanitaire fournie par les Nations Unies. Six des sept petits-enfants sont au chômage "On en a marre de Gaza", disent-ils. Comme beaucoup, ils vont manifester chaque vendredi depuis trois semaines. Deux habitants sur trois sont considérés comme réfugiés sur ce territoire trois fois plus grand que Paris. Et 70 % de la population vit sous le seuil de pauvreté.
Avec le blocus, c’est encore pire. Depuis onze ans, Israël contrôle tout. Les restrictions se sont renforcées depuis l’arrivée au pouvoir du Hamas. Les Palestiniens se sentent oubliés par la communauté internationale.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des palestiniens font brûler un drapeau israélien dans la bande de Gaza à Khan Younis, le 9 avril 2018.
Des palestiniens font brûler un drapeau israélien dans la bande de Gaza à Khan Younis, le 9 avril 2018. (SAID KHATIB / AFP)