Première nuit de liberté pour Isabelle Prime

L'ex-otage au Yémen est arrivée vendredi soir sur le sol français après un peu plus de cinq mois passés en captivité.

FRANCE 2

C'est dans un hôtel parisien surveillé par des policiers, qu'Isabelle Prime a pu retrouver les siens. Elle a passé une première nuit enfin libre avant de se rendre ce 8 août à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce. Elle y a passé une série d'examens médicaux.
Depuis son retour sur le sol français, ni elle ni François Hollande n'ont abordé ses 163 jours de captivité. Y a-t-il eu des violences ? Laurent Fabius a seulement indiqué que la vie d'Isabelle Prime était menacée lorsqu'elle était otage.

Pas d'argent versée

La jeune femme affirme qu'elle connaissait le risque au Yémen avant même son enlèvement. Hier, elle a justifié sa présence dans ce pays. "Je tenais à souligner qu'on travaillait à cette époque au Yémen sur le programme de protection sociale et qu'on est resté jusqu'au bout, car en tant que Française j'ai eu la chance de grandir dans un pays où c'est quelque chose qui pour nous est acquis", a expliqué Isabelle Prime.
La France répète ne pas verser d'argent pour la libération de ses otages.

Le JT
Les autres sujets du JT
Isabelle Prime, ex-otage au Yémen, est accueillie par François Holland à son arrivée à Villacoublay (Yvelines).
Isabelle Prime, ex-otage au Yémen, est accueillie par François Holland à son arrivée à Villacoublay (Yvelines). (ALAIN JOCARD / AFP)