VIDEO. Katharine Gun, la lanceuse d'alerte contre l'intervention en Irak de 2003

Katharine Gun est une lanceuse d'alerte qui, en 2003, a tenté d'éviter l'intervention des États-Unis en Irak en diffusant un message privé de la NSA au Royaume-Uni.

BRUT

Tout commence par un mail adressé à Katharine Gun par la NSA en janvier 2003. Celui-ci demandait au Royaume-Uni de rassembler des informations concernant six membres non permanents du conseil de sécurité de l'ONU. Un moyen pour les États-Unis de faire pression sur les membres en question afin qu'ils leur accordent le droit d'opérer une attaque en Irak. "En d'autres termes, ils voulaient les faire chanter, les menacer, les soudoyer pour qu'ils votent en faveur de cette résolution", commente Katharine Gun. 

Après cette révélation, le GCHQ (Government Communications Headquarters), pour qui elle travaillait, la traîne devant la justice pour "trahison". L'affaire va alors faire la une des journaux.

Le procureur refuse de présenter son dossier

Katharine Gun monte sa défense et met la guerre sur le banc des accusés. Son but étant "d'empêcher les pertes humaines, de ne pas nuire aux autres" au prix de sa propre liberté. Malgré tous ses efforts et l'opposition de l'ONU, les États-Unis mènent une coalition en Irak pour une guerre longue de huit ans. Si Katharine Gun n'a pas pu être entendue par les tribunaux, le procureur ayant refusé de présenter son dossier, elle sait néanmoins que ses "actions ont permis d'éviter que l'ONU vote en faveur de cette résolution sur l'Irak". Aujourd'hui, le film "Official Secrets", avec Keira Knightley dans le rôle de la lanceuse d'alerte, s'inspire de son histoire.

VIDEO. Katharine Gun, la lanceuse d\'alerte contre l\'intervention en Irak de 2003
VIDEO. Katharine Gun, la lanceuse d'alerte contre l'intervention en Irak de 2003 (BRUT)