Hollande en Irak pour préciser sa stratégie contre l'Etat islamique

Une fois achevée sa visite à Bagdad, le président de la République se rendra dans la capitale de la région autonome du Kurdistan, Erbil, pour apporter les quinze tonnes d'aide humanitaire transportées par l'avion présidentiel. 

François Hollande sur le perron de l\'Elysée le 10 septembre 2014 à Paris.
François Hollande sur le perron de l'Elysée le 10 septembre 2014 à Paris. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Il est le premier chef d'Etat occidental à venir témoigner de son soutien au gouvernement fraîchement formé à Bagdad. François Hollande est arrivé vendredi 12 septembre au matin en Irak pour préciser sa stratégie à l'encontre des jihadistes de l'État islamique (EI), deux jours après l'annonce par Barack Obama de frappes aériennes contre les islamistes en Irak et Syrie. 

Onze ans après avoir refusé de suivre Washington et Londres dans l'invasion de l'Irak, la France tente ainsi de revenir sur le devant de la scène dans ce pays avec lequel elle a entretenu des liens historiques forts mais ambigus, sous le régime de Saddam Hussein - renversé par l'invasion américano-britannique de 2003.

Hollande accompagné de Fabius et Le Drian

François Hollande est accompagné de ses ministres des Affaires étrangères et de la Défense, Laurent Fabius et Jean-Yves Le Drian. Il doit rencontrer son homologue irakien Fouad Massoum et le Premier ministre Haïdar Al-Abadi. Mais jusqu'au départ du chef de l'Etat, rien n'avait filtré sur les détails de ce déplacement d'une journée. 

Une fois achevée sa visite dans la capitale irakienne, François Hollande se rendra dans la capitale de la région autonome du Kurdistan, Erbil, pour apporter les quinze tonnes d'aide humanitaire transportées par l'avion présidentiel. "Après [Bagdad], on ira au Kurdistan apporter de l'aide", a-t-il précisé aux journalistes. Cette aide sera composée notamment de tentes et de matériel sanitaire.

Conférence sur "la paix et la sécurité" en Irak lundi à Paris

A Erbil, François Hollande rencontrera le président du gouvernement régional du Kurdistan, Massoud Barzani, puis ira à la rencontre de personnes déplacées et des ONG. Laurent Fabius s'était rendu le 10 août à Erbil alors que de nombreux civils chrétiens fuyaient l'avancée de l'Etat islamique.

Dès lundi, François Hollande retrouvera son homologue irakien à Paris pour une conférence sur "la paix et la sécurité" en Irak qu'ils coprésideront autour de trois objectifs : affirmer le soutien de la communauté internationale au nouveau gouvernement irakien, coordonner la lutte contre l'EI et engager les efforts humanitaires et de reconstruction de l'Irak.