Cet article date de plus de sept ans.

Quel sera le rôle de la France au sein de coalition contre l'Etat islamique ?

Le ministre de la Défense a livré quelques pistes concernant les moyens engagés par l'armée française aux côtés des Etats-Unis dans leur lutte contre les jihadistes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des militaires français sur la base aérienne de Bamako (Mali), le 14 janvier 2013. (ISSOUF SANOGO / AFP)

"La France assumera ses responsabilités avec ses propres moyens" face à l'Etat islamique, annonçait le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian le 9 septembre 2014, au micro d'Europe 1. Mais quels seront ces "moyens" mis en place par la France dans le cadre de la lutte internationale contre les jihadistes ? Francetv info livre des éléments de réponse.

Des frappes aériennes en Irak

Paris devrait fournir une aide militaire importante aux Américains, affirme Europe 1, jeudi 11 septembre, alors que Barack Obama a dévoilé la veille sa stratégie pour combattre l'Etat islamique. Cette aide passera notamment par des frappes aériennes, avec "une dizaine d'appareils, des chasseurs bombardiers qui appuieront les unités de l'armée irakienne au sol".

Des militaires déployés au sol

Quelque 250 commandos pourraient être déployés au sol pour identifier les cibles terroristes et aider les avions à les détruire, affirme Europe 1. Leur mission devrait aussi consister à former et encadrer des forces irakiennes et kurdes, qui affrontent l'Etat islamique sur place.

Des soldats français pourraient, en outre, être présents durant l'intervention de la coalition internationale en Irak, rapporte le Monde"Rien n'est exclu, dans le sens où on ne définit pas une éventuelle opération politique et militaire en fermant la porte à ce qu'il faut faire. (...) Il faut d'abord qu'on se mette d'accord avec nos partenaires", a précisé mardi Jean-Yves Le Drian sur Europe 1, en refusant de donner plus de détails sur la "manière d'agir" de la France.

Une intervention limitée en Syrie

"En Syrie, la situation est différente : Bachar Al-Assad ne peut pas être un partenaire, lui dont la complicité avec l'Etat islamique est établie, a expliqué Laurent Fabius dans un discours prononcé à Sciences Po Paris, mercredi 10 septembre. C'est pourquoi nous continuerons à aider l'opposition modérée syrienne qui combat à la fois l'Etat islamique et le régime Al-Assad." Selon le ministre des Affaires étrangères, la France doit agir en Irak et en Syrie, "mais pas selon les mêmes modalités". 

Le gouvernement attend la réunion prochaine d'une conférence entre les différents pays pouvant prendre part à la coalition pour préciser les modalités exactes d'une intervention française en Irak et en Syrie, indique RFI.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etat islamique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.