Le prince héritier saoudien, Mohamed Ben Salmane, mis en cause dans l'enquête de l'ONU sur la mort de Jamal Khashoggi

"M. Khashoggi a été la victime d'une exécution délibérée, préméditée, d'une exécution extrajudiciaire dont l'Etat d'Arabie saoudite est responsable", écrit la rapporteuse spéciale des Nations unies. 

Le prince héritier saoudien Mohamed ben Salmane, le 1er juin 2019, à La Mecque (Arabie saoudite). 
Le prince héritier saoudien Mohamed ben Salmane, le 1er juin 2019, à La Mecque (Arabie saoudite).  (BANDAR ALGALOUD / SAUDI KINGDOM / ANADOLU AGENCY / AFP)

Les enquêteurs de l'ONU ont annoncé mercredi 19 juin détenir des preuves crédibles de l'implication du prince héritier Mohamed Ben Salmane et d'autres hauts responsables saoudiens dans l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. Exilé aux Etats-Unis, où il écrivait régulièrement pour le Washington Post, le journaliste a été vu pour la dernière fois le 2 octobre 2018 alors qu'il pénétrait au consulat général d'Arabie saoudite à Istanbul (Turquie).

Dans un rapport rédigé au terme de six mois d'enquête, la rapporteuse spéciale des Nations unies, Agnès Callamard, indique que "M. Khashoggi a été la victime d'une exécution délibérée, préméditée, d'une exécution extrajudiciaire dont l'Etat d'Arabie saoudite est responsable en regard du droit international lié aux droits de l'homme". "Il existe des preuves crédibles, justifiant des investigations supplémentaires, de la responsabilité individuelle d'officiels saoudiens de haut niveau, y compris le prince héritier", ajoute-t-elle.