Cet article date de plus de six ans.

Deux soldats israéliens tués dans une attaque du Hezbollah

Sept soldats israéliens ont également été blessés, ajoute l'armée israélienne dans un communiqué, mercredi. L'attaque a eu lieu dans le secteur contesté des fermes de Chebaa, occupé par Israël depuis 1967.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran de Google Maps pointant le secteur contesté des fermes de Chebaa, à la frontière entre le Liban et Israël, où une attaque du Hezbollah a tué deux soldats israéliens, le 28 janvier 2015. ( GOOGLE MAPS)

Deux soldats israéliens ont été tués dans l'attaque d'un convoi de Tsahal, a annoncé Tsahal, mercredi 28 janvier. L'assaut a eu lieu à proximité de la frontière libanaise, dans le secteur contesté des fermes de Chebaa, occupé par Israël depuis 1967. Sept soldats israéliens ont également été blessés, précise l'armée israélienne.

Cette attaque a été menée par le mouvement libanais Hezbollah dans cette zone occupée à la frontière du Liban, provoquant des bombardements israéliens de représailles sur le sud du Liban.

Quelques heures après l'attaque, Israël a affirmé devant le Conseil de sécurité de l'ONU qu'il ferait usage de son "droit à la légitime défense", dans une lettre transmise au secrétaire général Ban Ki-moon. "Israël ne restera pas les bras croisés alors que le Hezbollah vise des Israéliens", a expliqué l'ambassadeur israélien aux Nations unies, Ron Prosor. En réaction à l'attaque, le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a ajouté que l'armée était prête à agir "avec force sur tous les fronts".

Un Casque bleu espagnol tué

Les chars et l'artillerie israéliens ont en effet bombardé les villages de Kfar Chouba, Majidiyé, Halta et Arkoub, dans le sud du Liban, où se trouvent des positions de l'armée libanaise et de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul), chargée de surveiller la frontière israélo-libanaise, selon une source de sécurité libanaise.

Un Casque bleu espagnol de la Finul a été tué dans les bombardements, a indiqué l'ambassade d'espagne au Liban. Le porte-parole de la Finul, Andrea Tenenti, avait fait état de la mort de ce soldat au Liban Sud, sans pouvoir préciser l'origine des tirs qui l'ont tué. Le commandant de la Finul a indiqué qu'il était "en contact avec toutes les parties et les appelle à la retenue afin d'éviter une escalade".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.