Bombardements sur Rafah : "L’état major, le gouvernement et la population d’Israël souhaitent la destruction militaire totale du Hamas", affirme Frédéric Encel, docteur en géopolitique

Publié
Durée de la vidéo : 4 min
Bombardements contre Rafah : "L’état major, le gouvernement et la population d’Israël souhaitent la destruction militaire totale du Hamas", affirme Frédéric Encel, docteur en géopolitique
Bombardements contre Rafah : "L’état major, le gouvernement et la population d’Israël souhaitent la destruction militaire totale du Hamas", affirme Frédéric Encel, docteur en géopolitique Bombardements contre Rafah : "L’état major, le gouvernement et la population d’Israël souhaitent la destruction militaire totale du Hamas", affirme Frédéric Encel, docteur en géopolitique (france info)
Article rédigé par France 2 - S. Chironi
France Télévisions
franceinfo
Malgré les condamnations internationales et les appels au cessez-le-feu, Israël poursuit ses bombardements sur Rafah, ville située dans la bande de Gaza. Frédéric Encel, docteur en géopolitique et maître de conférence à Sciences Po Paris apporte son éclairage dans le 19/20 de France Info.

Frédéric Encel, docteur en géopolitique et maître de conférence à Sciences Po Paris est formel. Selon lui, "l’état major, le gouvernement et la population d’Israël souhaitent la destruction militaire totale du Hamas". Deux jours après les bombardements contre Rafah, le gouvernement d’Israël poursuit sa guerre en continuant à bombarder la ville de Rafah, malgré les condamnations internationales et appels à cessez-le-feu. Mais cette guerre ne peut pas signifier éradication, d’après Frédéric Encel, qui explique que, "quand Netanyahou parle d’éradication, il est dans la pensée magique. On ne peut pas éradiquer un mouvement à la fois politique, religieux, social et militaire et terroriste". 

"Un gouvernement décrié par les trois quarts des citoyens"

"En revanche, ce qui est possible, c’est de détruire l’essentiel de sa masse critique sur le plan militaire et c’est ce que le gouvernement [d’Israël] est en train de faire", nuance Frédéric Encel. La guerre d’Israël contre le Hamas ne fait toutefois pas l’unanimité, y compris parmi les habitants israéliens. "Après le massacre du 7 octobre, cet état-major a décidé de suivre un gouvernement qui est décrié par plus des trois quarts des citoyens Israéliens qui tiennent Benjamin Netanyahou pour responsable de la catastrophe du 7 octobre", estime Frédéric Encel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.