Cet article date de plus de six ans.

Gaston Flosse contraint de quitter la présidence de la Polynésie française

Le "vieux lion" a perdu son mandat de président, vendredi, après le refus par François Hollande d'une grâce présidentielle.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président de la Polynésie française participe aux cérémonies des 30 ans du statut d'autonomie de la Polynésie française, le 29 juin 2014, à Papeete (Tahiti). (GREGORY BOISSY / AFP)

L'adieu de "'l'insubmersible" à la scène politique ? Gaston Flosse a perdu le pouvoir, vendredi 5 septembre, après la notification de son inéligibilité par le haut-commissaire de la République en Polynésie française. Il se retrouve privé de son mandat de président de la Polynésie française, après que François Hollande a refusé, quelques heures plus tôt, de lui accorder une grâce présidentielle.

Cette démission d'office intervient à la suite de la condamnation de Gaston Flosse à quatre ans d'emprisonnement avec sursis, 125 000 euros d'amende et trois ans d'inéligibilité, qui a été confirmée en cassation, le 23 juillet, dans une affaire d'emplois fictifs.

Remplacé par son ancien gendre ?

Gaston Flosse conserve la possibilité de déposer un référé suspension devant le Conseil d'Etat. Malgré tout, selon le haut-commissariat, l'inéligibilité du président polynésien est immédiate. Son mandat de sénateur (divers droite), en revanche, dépend d'une procédure qui relève du Sénat, du Conseil Constitutionnel et du ministère de la Justice.

Gaston Flosse visite le chantier d'un tunnel dans la banlieue de Papeete (Tahiti), le 25 juillet 2014. (GREGORY BOISSY / AFP)

Le vice-président Nuihau Laurey va assurer les affaires courantes, jusqu'à l'élection d'un nouveau président par l'assemblée de la Polynésie française. Cette élection est sans suspense : Gaston Flosse a plusieurs fois annoncé que son ex-gendre Edouard Fritch, actuel président de l'assemblée, lui succèderait. Leur parti dispose d'une large majorité dans l'hémicycle (38 sièges sur 57).

Coup double au Sénat ?

Au Sénat, où deux sièges seront à pourvoir fin septembre, Gaston Flosse a poussé les candidatures de l'une de ses élues à l'assemblée, Teura Iriti, et de son gendre, l'avocat Vincent Dubois. Leur élection au Palais du Luxembourg ne devrait être qu'une formalité, le parti de Gaston Flosse disposant d'une très large majorité de grands électeurs dans les 48 communes de Polynésie.

Président de la Polynésie française entre 1984 et 1987, puis de 1991 à 2004, Gaston Flosse a ensuite connu neuf ans de traversée du désert entrecoupés de deux brefs retours au pouvoir, avant d'être réélu en mai 2013.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.