Cet article date de plus de deux ans.

L'opposition de gauche remporte les législatives en Norvège

Avec 88 sièges pour le moment, les travaillistes de Jonas Gahr Støre, probable prochain Premier ministre, devraient déloger la coalition de droite de la conservatrice Erna Solberg.  

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le leader travailliste Jonas Gahr Store à Oslo (Norvège), le 13 septembre 2021.  (JAVAD PARSA / NTB / AFP)

L'opposition de gauche emmenée par le travailliste Jonas Gahr Støre a remporté lundi 13 septembre en Norvège des législatives dominées par le sort des activités pétrolières du pays, selon des projections publiées à la fermeture du scrutin.

Les cinq partis d'opposition devraient décrocher 104 des 169 sièges que compte le Storting, le Parlement monocaméral norvégien, suffisamment pour déloger la coalition de droite de la conservatrice Erna Solberg, montrent ces projections réalisées à partir des votes anticipés.

Avec 88 sièges pour le moment, les travaillistes de Jonas Gahr Støre, probable prochain Premier ministre, seraient même en passe de décrocher une majorité absolue avec leurs alliés de prédilection, le parti du Centre et la Gauche socialiste, sans avoir besoin des deux autres forces d'opposition, les écologistes de MDG et les communistes de Rødt.

Vers une sortie progressive du pétrole 

Millionnaire de 61 ans qui a fait campagne contre les inégalités sociales, le probable chef du prochain gouvernement préconise - comme ses adversaires conservateurs - une sortie douce et progressive de l'économie pétrolière.

"La demande de pétrole est sur une pente descendante. Cela se produit de soi-même, par la loi du marché. Nous n'avons pas besoin de le décréter (...) mais de construire des ponts vers des activités d'avenir", expliquait dimanche le responsable travailliste des questions énergétiques, Espen Barth Eide.

L'"alerte rouge pour l'humanité" lancée début août par les experts de l'ONU sur le climat (Giec) a placé la question du réchauffement au coeur de la campagne électorale et forcé le royaume à une réflexion sur le sort des activités pétrolières qui l'ont rendu immensément riche.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.