Iran : le pays déserté par les touristes

Les Iraniens sont appelés à se rendre aux urnes le vendredi 21 février pour les élections législatives. Une faible participation est attendue, alors que le pays est en crise, avec un tourisme fortement impacté. 

france 2

Les élections législatives passent au second plan pour les électeurs iraniens, préoccupés par la crise et l'inflation actuelle. En effet, les sanctions américaines affectent tous les secteurs de l'économie, y compris le tourisme. Les touristes désertent notamment la ville mythique d'Ispahan. L'année dernière, huit millions de touristes étaient venus, attirés par les jardins et les palais. Cet hiver s'annonce plus compliqué pour le tourisme. 

"Les gouvernements européens déconseillent de venir"

"Pour le moment, on n'a vu aucun autre touriste. Sûrement parce que les gouvernements européens déconseillent de venir", explique un touriste présent sur place. Des mises en garde découlant des tensions croissantes avec les États-Unis, et de l'avion ukrainien abattu par un missile iranien. Le Palais du Golestan, à Téhéran, est par exemple déserté. Des inquiétudes qui déclassent l'Iran de son statut de destination de rêve pour les Occidentaux. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Les Iraniens sont appelés à se rendre aux urnes le vendredi 21 février pour les élections législatives. Une faible participation est attendue, alors que le pays est en crise, avec un tourisme fortement impacté. 
Les Iraniens sont appelés à se rendre aux urnes le vendredi 21 février pour les élections législatives. Une faible participation est attendue, alors que le pays est en crise, avec un tourisme fortement impacté.  (france 2)