Afghanistan : ces métiers menacés par le retour des talibans au pouvoir

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Afghanistan : ces métiers menacés par le retour des talibans au pouvoir
FRANCE 2
Article rédigé par
J. Vitaline, P. Bouchetou - France 2
France Télévisions

Les talibans, qui ont pris le contrôle du palais présidentiel à Kaboul, dimanche 15 août, disent vouloir mettre en place une transition pacifique, mais l’application de la charia, dans les territoires qu’ils occupent déjà, laisse présager le pire. Certains métiers pourraient être jugés incompatibles avec la loi islamique.

En Afghanistan, c’est l’inquiétude depuis que les talibans ont pris le contrôle du palais présidentiel de Kaboul, dimanche 15 août. À Kandahar, dans le sud du pays, un musicien professionnel de japani fait vibrer les cordes de son instrument traditionnel pendant qu’il en est encore temps. Il se fait peu d’illusions : le retour des talibans au pouvoir le forcera sûrement à le ranger. Vingt ans auparavant, il avait été frappé pour avoir joué de la musique avec des amis. "Je n’ai pas pu me lever pendant trois jours", se souvient Sayed Mohammad. Pour les talibans, seuls les éloges de Dieu peuvent se faire en musique.

"Nous n’aurons plus jamais la même liberté"

Partout dans le pays, les Afghans craignent aujourd’hui de voir disparaître des activités redevenues ordinaires après la chute du régime fondamentaliste. Dans un salon de beauté de la capitale, Kaboul, une esthéticienne s’inquiète. "En ce moment, nous les femmes, nous pouvons être ensemble, travailler, se maquiller, mais si les talibans reviennent, nous n’aurons plus jamais la liberté que nous avons maintenant", affirme-t-elle. Même la pratique du cerf-volant, très populaire dans le pays, avait été interdite par les talibans.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.