Le dalaï lama estime qu'il n'a pas besoin de successeur

Le dalaï lama estime qu’il n’a "pas besoin de successeur". Dans un entretien à la presse allemande ce dimanche, le chef spirituel tibétain a livré des propos pour le moins étonnants.

(Le 14e pourrait être le dernier dalaï lama ? © REUTERS / Ralph Orlowski)

C’est une institution vieille de cinq siècles à laquelle le dalaï lama entend mettre fin. Interrogé par le quotidien allemand Die Welt lors d’une récente visite à Hambourg - entretien publié aujourd’hui dans le Welt Am Sonntag - le chef spirituel des bouddhistes en a dit un peu plus sur ses intentions. Il avait déjà déclaré avoir "rempli sa mission " depuis sa retraite de la vie politique en 2011.

A 79 ans, le prix Nobel de la Paix estime donc qu’il n’a "pas besoin d’un successeur ". "Les gens qui pensent en terme politique , dit-il, doivent réaliser qu’une période se termine et que l’institution du dalaï lama devrait avoir fait son temps ". Dans le même entretien, le dalaï lama ne tarit pas d’éloges sur le nouveau président chinois Xi Jinping, réputé moins intransigeant que ses prédecesseurs vis-à-vis du Tibet.

Avec lui, "la Chine est entrée dans une nouvelle ère " estime le dalaï lama, qui espère voir émerger une société chinoise plus démocratique. Le Tibet doit pouvoir en profiter aussi, conclut le leader bouddhiste, qui se verrait bien vivre jusqu’à 100 ans au moins. Et à la question de savoir s’il pourrait un jour rentrer dans son pays, le dalaï lama répond sans hésiter : "de cela, aujourd’hui je suis convaincu ".