Le bilan catastrophique d'Amnesty International

Pour l'association, 2014 a été une "année terrible" pour les victimes civiles des conflits. 

FRANCE 3

2014 a été une année noire pour les civils, pris dans les conflits, révèle Amnesty International. L'association dénombre notamment 50 millions de personnes déplacées dans le monde, soit 15 millions de plus qu'en 2013. Elle fait aussi état de 131 pays, dans lesquels on trouve des victimes de tortures et de mauvais traitements.

C'est le cas en Syrie, en Irak et au Nigéria

"Il y a de plus en plus de groupes armés qui essayent d'imposer une forme d'autorité étatique pour mettre sous leur coupe, des gens qu'ils contrôlent complètement par la terreur", souligne la présidente d'Amnesty International France, Geneviève Garrigos. C'est notamment le cas en Syrie et en Irak, où le groupe Etat islamique a pris le contrôle d'une partie de ces deux pays. Des dizaines de milliers de personnes ont ainsi été chassées de leur terre.
Au Nigéria, c'est Boko-Haram qui fait régner la terreur et multiplie les enlèvements, comme en mai 2014. 276 lycéennes ont été kidnappées de force dans leur école, converties puis transformées en esclave.
L'association qualifie aussi de "scandaleuse" et "d'inopérante" la réponse de la communauté internationale à ces violences. Elle met en cause la France et l'Europe dans la gestion des migrants qui arrivent par bateau, sur le continent européen. 3 500 personnes se sont noyées dans la Méditerranée, en 2014.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des militants d\'Amnesty International manifestent à Rome (Italie), le 16 septembre 2011, pour dénoncer l\'exécution du condamné américain Troy Davis.
Des militants d'Amnesty International manifestent à Rome (Italie), le 16 septembre 2011, pour dénoncer l'exécution du condamné américain Troy Davis. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)