Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo Glissements de terrain, routes dévastées, maisons détruites... Le Japon touché par un séisme meurtrier

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Séisme Japon Vsite
Article rédigé par
France Télévisions

Le nord de l'archipel a été secoué par un tremblement de terre qui a fait au moins neuf morts, dans la nuit du 5 au 6 septembre.

Après les intempéries et la canicule du mois de juillet, puis le passage des typhons Ciméron et Jebi, le Japon est à nouveau frappé par une catastrophe naturelle. Un tremblement de terre d'une magnitude de 6,7 a dévasté Hokkaido, l'île du nord de l'archipel. La catastrophe a fait au moins neuf morts, 300 blessés et 33 disparus.

Ce séisme a privé d'électricité la totalité des 5,3 millions d'habitants de Hokkaido. Selon le ministre du Commerce et de l'Industrie, Hiroshige Seko, il faudrait au moins une semaine pour rétablir complètement l'électricité dans la totalité de l'île. En fin de soirée, le courant était revenu pour 340 000 des 2,95 millions de foyers de l'île, a rapporté le ministère.

Aéroport fermé et trains à l'arrêt

L'épicentre du tremblement de terre a été localisé à 65 km au sud-est de la capitale de l'île, Sapporo, à une profondeur de 40 km, selon l'Agence météorologique japonaise. L'aéroport principal de l'île, Shin-Chitose, proche de l'épicentre, est resté fermé jeudi. Le trafic ferroviaire a quant à lui été interrompu dans l'ensemble de l'île.

Le séisme a fait de nombreux dégâts. Aux environs de la ville d'Atsuma, d'impressionnants glissements de terrain ont englouti des maisons et exposé le flanc nu des collines. Les routes ont été partiellement détruites ou ensevelies sous la boue. Le Premier ministre, Shinzo Abe, a assuré qu'un centre de coordination des secours avait été mis en place. "Environ 4 000 hommes de troupe ont déjà été déployés et nous prévoyons de porter leur nombre à 25 000, a-t-il précisé. Nous allons tout faire pour sauver des vies."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Japon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.