Le Japon juge le port des chaussures à talons "professionnellement nécessaire" pour les femmes

Le ministre du Travail a répondu, mercredi, à une pétition de militantes féministes qui considèrent cette obligation comme une "discrimination sexuelle".

Des femmes marchent avec des chaussures à talons, le 4 juin 2019, à Tokyo (Japon).
Des femmes marchent avec des chaussures à talons, le 4 juin 2019, à Tokyo (Japon). (KIM KYUNG HOON / REUTERS)

Un ministre japonais a pris, mercredi 4 juin, la défense des entreprises qui imposent aux femmes de porter des chaussures à talons au travail, en réponse à une pétition de militantes féministes qui considèrent cette obligation comme une "discrimination sexuelle".

"C'est quelque chose qui est socialement accepté et qui tombe dans le domaine de ce qui est professionnellement nécessaire et approprié", a réagi le ministre de la Santé, du Travail et des Affaires sociales, Takumi Nemoto, interrogé par une commission parlementaire sur la pétition présentée au gouvernement, la veille.

Cette campagne #KuToo, qui joue avec les mots kutsu (chaussure) et kutsuu (douleur) a été lancée par l'actrice Yumi Ishikawa et a rapidement remporté le soutien de 19 000 personnes sur la toile. "Aujourd'hui, nous avons déposé une pétition pour demander une loi interdisant aux employeurs de forcer les femmes à porter des talons, ce qui est de la discrimination sexuelle et constitue un harcèlement", a déclaré Yumi Ishikawa. Les militantes soulignent qu'il est quasiment impossible d'échapper aux talons hauts lorsqu'on cherche un travail et une fois admise dans un bureau.