Japon : le "Premium Friday" pour avancer l'heure de son départ en week-end

Au Japon, une campagne incite désormais les entreprises à appliquer le "Premium Friday" pour laisser les employés partir à 15h, le dernier vendredi de chaque mois. 

Au Japon, des employés prennent un verre après avoir quitté le travail plus tôt, à l\'occasion du \"Premium Friday\"
Au Japon, des employés prennent un verre après avoir quitté le travail plus tôt, à l'occasion du "Premium Friday" (SEI KOHAMA / YOMIURI)

Au Japon, les entreprises et le gouvernement lancent vendredi 24 février, une campagne de lutte contre la surcharge de travail en incitant les salariés à quitter le bureau plus tôt, le dernier vendredi de chaque mois. Il s'agit de les faire travailler un peu moins et de les faire dépenser un peu plus.  

Une campagne aussitôt happée par la pub

SoftBank, le géant japonais des télécommunications et de l’internet, permet à ses employés de partir à 15h le dernier vendredi du mois. Le groupe les gratifie également d’une prime équivalente à 83 euros. Le temps et l'argent à dépenser ont donné des idées au secteur commercial. A l'occasion du "Premium Friday", le brasseur Suntori offre le premier verre de bière dans certains restaurants. Une compagnie de chemin de fer a profité de ce nouveau rendez-vous pour affréter un train spécial, promettant une excursion alcoolisée durant quatre heures.

Un excès de travail combattu

Le "Premium Friday" vise à soutenir la consommation et à réduire le temps de travail d'employés qui dépassent souvent la durée légale fixée à 40 heures par semaine. Cette campagne s'inscrit dans le contexte d'un suicide qui avait défrayé la chronique en décembre 2015. Une employée d’une agence de publicité s'était donné la mort le jour de Noël. La jeune femme effectuait jusqu’à 130 heures supplémentaires par mois. Toutefois, seules les plus grandes entreprises japonaises sonnent le départ en week-end plus tôt qu'à l'habitude. La plupart des PME, majoritaires au Japon, refusent de changer leur mode de travail.