Fukushima : le ministre japonais de l'Environnement désavoué après avoir évoqué l'évacuation de l'eau radioactive dans le Pacifique

Depuis la catastrophe nucléaire de mars 2011, plus d'un million de tonnes d'eau contaminée, provenant des conduites de refroidissement de la centrale, sont stockées dans des réservoirs.

Des réservoirs d\'eau radioactive à Fukushima (Japon), le 27 juillet 2018. 
Des réservoirs d'eau radioactive à Fukushima (Japon), le 27 juillet 2018.  (KIMIMASA MAYAMA / AFP)

La société Tokyo Electric Power (Tepco), propriétaire de la centrale nucléaire de Fukushima gravement endommagée par le séisme et le tsunami de mars 2011, envisage de déverser de l'eau radioactive directement dans l'océan Pacifique, a annoncé le ministre japonais de l'Environnement, mardi 10 septembre. "La seule option sera de la drainer vers la mer et de la diluer, a déclaré lors d'un point presse le ministre Yoshiaki Harada. La totalité du gouvernement va en discuter, mais j'aimerais donner mon simple avis."

Cette sortie a provoqué un tollé. Le ministre a aussitôt été blâmé par sa hiérarchie. Le porte-parole de l'exécutif, Yoshihide Suga, a qualifié de "personnels" les propos de Yoshiaki Harada, qui fait partie des personnalités qui devraient quitter mercredi l'équipe du Premier ministre Shinzo Abe à l'occasion d'un remaniement ministériel prévu depuis longtemps.

Toutefois, le ministre de l'Environnement n'a rien dit de nouveau. Rejeter à la mer le million de tonnes d'eau pompée dans les installations radioactives de Fukushima est une hypothèse ouvertement envisagée depuis des années. Après la catastrophe de Fukushima, Tepco a stocké dans les réservoirs des sites dévastés plus d'un million de tonnes d'eau contaminée provenant des conduites de refroidissement utilisées pour empêcher la fonte du combustible. La société a affirmé que les sites manqueront d'espace d'ici à 2022 pour stocker l'eau radioactive.