Italie : Venise rouvre sa lagune aux croisières dans une ambiance polémique

Les défenseurs de l'environnement et du patrimoine culturel accusent les grosses vagues engendrées par ces navires d'éroder les fondations des immeubles de la Sérénissime.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (PIERO CRUCIATTI / ANADOLU AGENCY)

Après 17 mois d'interruption pour cause de pandémie de Covid-19, un premier navire de croisière a levé les amarres samedi 5 juin à Venise. De quoi réveiller la polémique entre partisans et opposants à la présence de ces monstres des mers dans la célèbre lagune italienne.

Les deux camps ont manifesté chacun de leur côté pour défendre leurs positions : alors que l'énorme silhouette du MSC Orchestra se profilait au large de la place Saint-Marc, des manifestants brandissant des banderoles "Non aux navires de croisière" ont crié leur oppositions à bord de petites embarcations à moteur.

Ecosystème versus économie

Les défenseurs de l'environnement et du patrimoine culturel accusent les grosses vagues engendrées par ces navires, longs de plusieurs centaines de mètres et hauts de plusieurs étages, d'éroder les fondations des immeubles de la Sérénissime, inscrite au patrimoine de l'Unesco, et de mettre en péril le fragile écosystème de sa lagune.

Les partisans des bateaux de croisière mettent de leur côté en avant les nombreux emplois que leur présence génère pour Venise, dont l'économie vit essentiellement du tourisme, ce qui l'a particulièrement affectée durant la pandémie.

Le débat ne se cantonne pas à Venise et a depuis toujours une dimension internationale, due à la notoriété de cette destination touristique, l'une des plus prisées au monde.

Une lettre d'artistes internationaux au Premier ministre

Mardi, une pléthore d'artistes internationaux, de Mick Jagger à Wes Anderson en passant par Francis Ford Coppola et Tilda Swinton, ont ainsi adressé une lettre ouverte au président italien Sergio Mattarella, au Premier ministre Mario Draghi et au maire de Venise pour demander entre autres un "arrêt définitif" de la circulation des navires de croisière.

Cette lettre intitulée "Un décalogue pour Venise", également signée par l'ex-ministre française de la Culture Françoise Nyssen, demande une meilleure gestion des flux touristiques, la protection de l'écosystème de la lagune et la lutte contre la spéculation immobilière, pour protéger "l'intégrité physique mais aussi l'identité culturelle" de la Cité des Doges.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Italie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.