Italie : une sanction contre les délocalisations

Le gouvernement italien a annoncé la mise en place d'une loi visant à sanctionner les entreprises ayant bénéficié de subventions publiques en cas de délocalisation.

Voir la vidéo
France 2

Décret dignité, ce nom vise à marquer les esprits. La coalition gouvernementale italienne entre extrême droite et populisme souhaite en faire une mesure-choc, notamment sur les délocalisations. Désormais, si une entreprise ayant bénéficié de financements publics dans les cinq ans part à l'étranger, elle devra rembourser et même payer quatre fois la somme si elle délocalise hors d'Europe. Les Italiens soutiennent globalement cette mesure. Le constructeur automobile Fiat a ainsi annoncé que la Panda serait produite en Pologne, Geox est partie en Roumanie, Whirlpool veut fabriquer les pièces de ses réfrigérateurs en Slovaquie. Le gouvernement ouvertement protectionniste juge ces pratiques inacceptables.

Une mesure efficace ?

Cette mesure anti-délocalisation pour les entreprises subventionnées sera-t-elle efficace ? L'opposition et le patronat craignent qu'elle n'effraie les investisseurs tandis que certains économistes estiment que peu de sociétés seront finalement concernées. Avant l'instauration de cette loi, les délocalisations avaient déjà été ralenties, l'Italie étant championne d'Europe des relocalisations avec 11 000 emplois rapatriés en trois ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les chefs de file du Mouvement 5 étoiles, Luigi Di Maio (gauche), et de la Ligue, Matteo Salvini.
Les chefs de file du Mouvement 5 étoiles, Luigi Di Maio (gauche), et de la Ligue, Matteo Salvini. (TIZIANA FABI / AFP)