Cet article date de plus de huit ans.

Italie : qui est Enrico Letta, le centriste chargé de former un nouveau gouvernement ?

Agé de 46 ans, le numéro 2 du Parti démocrate est un europhile prudent mais aussi le neveu d'un proche de Berlusconi. Portrait.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Enrico Letta, numéro 2 du Parti démocrate, donne une conférence de presse au palais présidentiel de Rome (Italie), mercredi 24 avril 2013. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

L'Italie va-t-elle enfin sortir de l'impasse politique née du résultat des dernières élections législatives ? Possible : mercredi 24 avril, le président de la République fraîchement réélu, Giorgio Napolitano, a chargé Enrico Letta de former un nouveau gouvernement. 

Sa mission s'annonce délicate : son équipe devra être à la fois soutenue par une chambre des députés où son parti est majoritaire, et par un Sénat où la droite, la gauche et le Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo se partagent les sièges. Considéré comme modéré, le numéro deux du Parti démocrate (centre gauche) a déjà prévenu qu'il ne formerait pas un gouvernement "à n'importe quel prix". Portrait.

Un "jeune" expérimenté

Agé de 48 ans, le député centriste affiche déjà une longue expérience politique, parlementaire comme gouvernementale. Diplômé en sciences politiques et droit international à l'université de Pise, il est président des jeunes démocrates chrétiens de 1991 à 1995. Nommé ministre des Affaires européennes en 1998 par l'ancien chef du gouvernement Massimo d'Alema, il devient, un an plus tard, ministre de l'Industrie. En 2004, il est député au Parlement européen sous l'étiquette de l'Olivier (centre gauche), puis nommé en 2006 secrétaire du Conseil des ministres par Romano Prodi.

Malgré ce parcours fourni, Enrico Letta est considéré comme jeune dans le panorama politique italien, où le président de la République, Giorgio Napolitano, vient d'être réélu à bientôt 88 ans. Au moment où les citoyens exigent un renouvellement dans les hautes sphères du pays, son âge pourrait avoir joué un rôle déterminant dans sa nomination au poste de président du Conseil. 

Un europhile prudent

"Enrico Letta a passé son enfance à Strasbourg où il suit une formation européenne"rappelle L'Express qui note qu'il est "très vite appelé à mettre en application ses compétences européennes. En 1996, il devient secrétaire général du Comité euro au ministère du Trésor"

Conservateur sur le plan des mœurs, Enrico Letta est un catholique modéré. Sur le plan économique, il est également modéré, prônant par exemple la libéralisation des services. Comme son parti, il a soutenu sans réserve le gouvernement de techniciens de Mario Monti, qui a imposé à l'Italie une cure d'austérité. Pourtant, dès sa nomination à la présidence du Conseil, il a souhaité se démarquer de ces orientations : "Il faut changer la direction des politiques européennes. (...) En Europe, les politiques d'austérité ne suffisent plus." 

Le neveu d'un proche de Berlusconi

Autre atout dans la crise politique traversée par l'Italie, sa connexion avec Silvio Berlusconi. Même s'il n'a jamais ménagé ses critiques contre le Cavaliere lorsque celui-ci était au pouvoir, Enrico Letta est le neveu de Gianni Letta, homme de confiance et conseiller tout puissant de Silvio Berlusconi. Ce lien de parenté pourrait être une passerelle entre l'état-major du Parti démocrate et celui du Peuple de la liberté (PDL) de l'ancien président du Conseil.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Italie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.