Cet article date de plus de quatre ans.

Italie : Matteo Renzi tire les leçons de son échec au référendum

Quinze jours après sa démission, Matteo Renzi, ancien président du Conseil italien, a apporté dimanche devant les membres du Parti démocrate son analyse sur l'échec du référendum qui a entraîné son départ. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Matteo Renzi devant les membres du Parti démocrate, à Rome, le 18 décembre 2016. (MASSIMO PERCOSSI / ANSA)

Quinze jours après sa démission, Matteo Renzi, ancien président du Conseil italien, a apporté dimanche 18 décembre devant les membres du Parti démocrate, qu'il préside toujours, son analyse sur l'échec du référendum qui a entraîné son départ

"Nous avons perdu, nous avons ultra perdu!" Matteo Renzi ne pouvait que reconnaitre sa défaite comme il l’avait déjà fait le soir même du vote. "J’ai commis l’erreur de politiser le référendum, je ne l’ai pas vu arriver, je me suis trompé", a-t-il ajouté, partageant l’avis de nombreux observateurs.

Le gouvernement sanctionné pour son manque d'empathie

En transformant dès le début la consultation populaire en plébiscite, il s’est mis en danger tout seul. Surtout que la déroute des démocrates aux municipales avait sonné comme un premier avertissement de taille.

Matteo Renzi a expliqué aussi la claque reçue par l’activisme de ses adversaires sur internet et les réseaux sociaux, un terrain sur lequel est très à l’aise le mouvement Cinq étoiles.

Mais la cause principale est sans doute à chercher du côté d’un manque d’empathie du gouvernement : "Nous n’avons pas écouté la douleur des gens" a reconnu Renzi. Des gens qui ne se sont pas fait priés pour crier leur mécontentement. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.