Viaduc de Gênes : le drame, minute par minute

Minute par minute, mardi 14 août, les habitants de Gênes peinent à réaliser l'ampleur de la catastrophe qui vient de se produire sous leurs yeux : un pont vient de s'effondrer, entraînant des dizaines de véhicules avec lui. Retour sur les circonstances du drame.

Voir la vidéo
France 2

Ce mardi-là, 14 août 2018, le pont Morandi (Gênes, Italie) est violemment battu par les pluies et par les vents. Soudain, à 11h36, toute la structure se met à trembler. Dès 11h50, les urgences sont assaillies par les premiers appels de la part des voisins qui ont assisté à la scène : le pont s'est écroulé, emportant avec lui des dizaines de véhicules dans le vide. Un homme filme la scène, la fin de l'effondrement. Il est pris d'un malaise. D'autres témoins filment, à proximité.

Les automobilistes se réfugient dans un tunnel

Sur le pont, des camions et des voitures sont abandonnés en urgence, les passagers partent en courant. Tous craignent que le pont continue de s'effondrer et se réfugient dans un tunnel. Mais passée la torpeur, certains veulent regagner leur voiture ou leur camion, ils ne semblent pas comprendre totalement ce qu'il vient de se passer. Un policier est contraint de les calmer, il est 11h57 : "Les voitures sont un problème marginal, hurle-t-il, si on vous autorise à récupérer votre voiture et qu'une partie du viaduc s'effondre, c'est notre responsabilité !". A 12h15, l'Italie toute entière découvre l'ampleur de la catastrophe. Deux jours après le drame, le bilan fait état de 38 morts.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les sauveteurs s\'activent après l\'effondrement d\'un viaduc à Gênes (Italie), le 14 août 2018.
Les sauveteurs s'activent après l'effondrement d'un viaduc à Gênes (Italie), le 14 août 2018. (MAURO UJETTO / NURPHOTO / AFP)