Israël assure vouloir préserver le statu quo sur les lieux saints à Jérusalem

"Les musulmans prient sur le Mont du Temple, les non-musulmans peuvent seulement le visiter. Il n'y a pas de changement et il n'y aura pas de changement", a déclaré le chef de la diplomatie israélienne, après des tensions.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'esplanade des Mosquées de Jérusalem (Israël), le 20 avril 2022. (MENAHEM KAHANA / AFP)

Les musulmans peuvent prier sur ce lieu saint, mais pas les fidèles des autres religions. Israël "ne changera pas" le statu quo sur l'esplanade des Mosquées de Jérusalem, a assuré dimanche 24 avril son chef de la diplomatie, Yaïr Lapid, à l'heure où la communauté internationale craint un nouvel embrasement de violences. "Les musulmans prient sur le Mont du Temple, les non-musulmans peuvent seulement le visiter. Il n'y a pas de changement et il n'y aura pas de changement", a-t-il déclaré après des tensions sur cette esplanade, troisième lieu saint de l'islam, considéré comme le lieu le plus sacré du judaïsme sous son nom de "Mont du Temple".

Après des attaques meurtrières en Israël, dont deux perpétrées par des Palestiniens, puis des opérations de l'armée israélienne en Cisjordanie occupée ayant fait une vingtaine de morts, des violences ont éclaté depuis la semaine passée à l'esplanade des Mosquées. Celles-ci font craindre une nouvelle escalade entre Israël et des mouvements armés palestiniens.

Des craintes de part et d'autre

Les tensions "sont motivées par des préoccupations sur l'accès des juifs au site et leur capacité d'y prier", explique à l'AFP Ofer Zalzberg, spécialiste du conflit israélo-palestinien. Au cours des dernières années, le nombre de juifs se rendant sur l'esplanade a augmenté et malgré l'interdiction pour les non-musulmans d'y prier, de nombreux fidèles juifs y sont régulièrement aperçus en train de prier.

Des Palestiniens ont exprimé à l'AFP leur crainte de voir l'esplanade devenir comme la mosquée Ibrahimi, appelée "Caveau des Patriarches" par les juifs, à Hébron, en Cisjordanie occupée : sous contrôle musulman pendant des siècles, ce site a été divisé en une partie accessible aux juifs et une autre aux musulmans après l'attaque perpétrée sur place en 1994 par un extrémiste juif, qui a tué 29 musulmans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Israël

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.